La Grande Mosquée de Paris débarquera du CFCM le 8 juin 2008

dalil.jpgLe samedi 11 avril 2008, la Fédération Nationale de la Grande Mosquée de Paris (FNGMP) s’est réunie dans le cadre d’une réunion du bureau exécutif pour débattre de sa participation ou non aux prochaines élections du Conseil Français du Culte Musulmans (CFCM) prévues le 8 juin 2008.

Il semblerait, selon nos sources d’information, qu’à l’unanimité, il a été décidé que la FNGMP ne participera pas aux élections du mois de juin, et, que cette dernière gèlerait dés à présent sa participation aux instances du CFCM.

Les motifs invoqués sont les discriminations liées au mode de scrutin, par essence anti-démocratique, qui ne répond guère aux critères du suffrage universel et qui est fondamentalement opposé à une réelle représentativité : La Mosquée de Paris et ses millions de sympathisants sont lésés dans la gestion du Culte musulman en France. S’ajoute à cela l’apparition d’une nouvelle fédération dans le CFCM, le Rassemblement des Musulmans de France (RMF), née de la scission de la Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF) dirigée par Mohamed Bechari.

Le RMF s’est imposé a été imposé dans le CFCM ce qui est contraire aux textes fondateurs, ce qui explique en grande partie la longue paralysie ainsi que le bilan négatif de cette institution. Il faut savoir que le RMF serait directement piloté depuis le Royaume du Maroc afin de peser et de s’imposer dans la gestion du culte musulman en France. Le Royaume du Maroc a attribué 50 000 € par région, sommes partagées par les mosquées affiliées au RMF présentes dans chacune des 25 régions de France. L’ingérence du Royaume dans le CFCM a bel et bien un coût ! Les 250 participants au colloque du RMF, qui a eu lieu récemment à Marrakech, n’ont pas omis de louer Sa Majesté le roi Mohamed VI, dans leur dernier communiqué, en ces termes :

« …tiennent à rendre un Grand Hommage à la Personnalité Auguste de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, que Dieu l’Assiste. Les valeurs humaines d’un islam d’ouverture qu’Il incarne en tant qu’ « Amir Al Mouminine », ont fait du Royaume la terre bénie de toutes les valeurs humaines et du respect »

Cependant le bureau de la Fédération de la Grande Mosquée de Paris, au-delà de son unanimité quant à leur absence aux prochaines élections, est en désaccord sur les modalités à suivre pour communiquer leur non-participation aux échéances du 18 juin 2008. Certains membres ont tout simplement demandé que Dalil Boubakeur ainsi que tous les membres de la GMP démissionnent en bloc et immédiatement du CFCM, ce qui équivaut à quitter définitivement le CFCM sans pouvoir revenir en arrière, une position qui semble cohérente, courageuse et très certainement prometteuse pour la FNGMP qui serait libérée du carcan du CFCM. D’autres membres, plus timides ou apeurés, ont simplement demandé de geler la participation de la GMP au fonctionnement du CFCM, en ne participant pas aux élections, position absurde sauf peut-être pour certains dont le souci relevant de l’algèbre politique primerait sur les intérêts collectifs de la communauté musulmane.

Une chose est sûre, la Grande Mosquée de Paris ne sera pas au RDV le 8 juin, elle a d’ores et déjà demandé à ses membres participants aux coordinations des élections (CORELEC) de bloquer les chèques de cotisation des lieux de culte affiliés à la FNGMP. Sans le paiement de ces cotisations, le règlement électoral du CFCM prévoit l’impossibilité de participer au scrutin.

Cependant, nous nous interrogeons sur cet ordre donné, celui de ne pas payer les cotisations, à quoi cela rime-t-il ? Ne pas payer de cotisation entraînerait inéluctablement l’impossibilité pour la FNGMP de présenter des délégués qui siègeront dans les différents CRCM et au CFCM : quelle est la différence entre cet état de fait et une démission collective ? Aucune !

Une question se pose et reste ouverte. Pourquoi la FNGMP n’annonce pas officiellement sa démission du CFCM qui équivaut à sa décision très importante de ne pas participer aux prochaines élections ?

Ben Abdallah  président du CRCM Alsace