Communiqué de la Fédération Régionale de la Grande Mosquée de Paris Grand-Est (4 régions, 14 départements).

Siège Fédéral : Mulhouse / Alsace / France

Kamel Chibout, président de la Fédération de la Grande Mosquée de Paris Grand-Est

 

Soucieuse d’une démarche cohérente, reposant elle-même sur une saine vision de la gestion du culte musulman, loin de toute algèbre politico-politicienne qui mêle religion et politique, la fédération de la grande mosquée de Paris (FRGMP) Grand-Est ne participera pas à la grande prière de l’Aïd el-Seghir, marquant la fin du mois béni de Ramadhan 2010. Le spectacle aura probablement  lieu dans le hall 3 du parc des expositions de Mulhouse le jeudi 9 ou le vendredi 10 septembre.

Cette tribune politique mulhousienne est organisée par le conseil régional du culte musulman d’Alsace (CRCM), « présidé » par Driss Ayachour (« élu » par 50 à 60 petits électeurs choisis sur une population estimée à 120 000 citoyens de confession musulmane vivant en Alsace), membre actif du Rassemblement des musulmans de France (RMF tendance PS), et plus particulièrement par Reddad Rabi, vice-président du CRCM-Alsace et président de la petite  mosquée Salam située dans un mini-quartier  de Mulhouse. Participerait également à cette organisation une pseudo-coordination de quelques membres de quelques mosquées mulhousiennes, coordination qui n’existe en vérité que pour ces occasions éminemment politiques, elle est de circonstance. Nous qualifions volontiers cette coordination de « fantôme juridique », de poudre aux yeux, de coquille vide, de simple pompe à flics fric.

Des invités politiques de tous bords (sauf d’extrême droite, on se demande pourquoi d’ailleurs ?) seront présents et prendront pour certains la parole face à 2 ou 3000 fidèles et citoyens musulmans, afin d’encore et encore rappeler à ceux qui seront à genoux que la laïcité, c’est important, que les français ont des droits et beaucoup de devoirs, que la République n’a rien contre l’islam, sauf contre les méchants qui sont d’accord avec le port du voile, etc.

L’année dernière (prière Aïd Al-Adha – El Kebir – 2009), le ridicule est allé encore plus loin. On se souvient des bises offertes par une élue mulhousienne maghrébine présente à la tribune politique. On se souvient de ces bises faites par cette dame à cet « imam » qui ensuite dirigea la prière canonique de l’Aïd devant 3500 fidèles. N’est-ce point un beau tableau du dialogue laïco-islamique ?

Lire la suite de l’article sur Citoyens Français de Confession Musulmane [CFCM Tv]