International Atomic Energy Agency

Le nouveau rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur l’état des programmes nucléaires de l’Iran était attendu lundi, écrit mardi 8 novembre le quotidien Kommersant. Cependant, hier les sources du siège de l’agence ont annoncé que le rapport serait rendu public mercredi. Mais avant même sa publication, le rapport de l’AIEA a provoqué une agitation sans précédent dans le monde suite aux déclarations du gouvernement israélien concernant la préparation d’une opération militaire contre les sites nucléaires iraniens. (RIA Novosti)

Les fuites parues hier dans la presse ne laissent aucun doute sur la sévérité de ce document et sur le fait que le rapport sera certainement utilisé en tant que principal argument pour lancer une opération militaire contre l’Iran. Selon le Washington Post, le rapport de l’agence affirme que les spécialistes de l’ex-URSS, du Pakistan et de la Corée du Nord ont permis à l’Iran d’être au seuil de la création de l’arme nucléaire. Le document parle très en détail de l’activité en Iran de l’ancien atomiste soviétique Viatcheslav Danilenko, qui a travaillé dans les années 1990 pendant au moins cinq ans au Centre de physique nucléaire d’Iran pour enseigner à ses collègues la simulation informatique des ogives nucléaires, et a joué un rôle clé dans l’avancée technologique de l’Iran vers la création de l’arme nucléaire.

Ensuite, la presse s’est mise à parler de la piste russe dans les programmes nucléaires iraniens. Selon une source proche de l’agence russe de l’énergie atomique (Rosatom), le département d’Etat américain et l’AIEA ont déjà demandé à la Russie des informations sur Viatcheslav Danilenko, mais Moscou a invariablement répondu que ce physicien n’était pas un citoyen russe. Selon la source, Viatcheslav Danilenko est un scientifique ukrainien. Le quotidien Kommersant a trouvé deux personnes qui correspondent à sa description.

Le premier est docteur en mathématiques et en physique et dirige la faculté de géodynamique de l’explosion à l’Institut de géophysique Soubbotine d’Ukraine. Cependant, selon lui, il n’a rien à voir avec le programme nucléaire iranien. « C’est une erreur, je n’ai jamais été en Iran, a affirmé le scientifique. Il est probablement question de mon homonyme de Snejinsk. »

En effet, Viatcheslav Danilenko est connu au Centre fédéral nucléaire de Russie, dans la ville de Snejinsk. Le docteur en sciences techniques Viatcheslav Danilenko a travaillé à l’Institut panrusse de recherche scientifique en physique technique (VNIITF) à partir des années 1950 jusqu’à sa retraite. Il participe actuellement aux conférences du centre, et en 2010 il y a présenté sa monographie « L’explosion: physique, technique, technologie. » Le VNIITF a refusé de parler d’un éventuel travail du scientifique en Iran.

Comme l’a déclaré l’ancien inspecteur des garanties de l’AIEA Guennadi Chakhine, la version selon laquelle un seul scientifique de l’ex-URSS serait venu en Iran pour aider Téhéran à faire une percée dans le développement nucléaire paraît peu plausible. « L’Iran n’a pas suffisamment de moyens pour simuler les ogives nucléaires », a expliqué l’expert.

Moscou estime que la fuite au sujet de la piste russe dans les programmes nucléaires iraniens n’est pas un hasard: la Russie s’oppose à l’opération militaire contre l’Iran. Et le ministère russe des Affaires étrangères a même remis en cause l’utilité de l’annonce du rapport de l’AIEA à l’heure actuelle, en estimant que cela ne fera que renforcer la tension et empêchera la tenue de négociations constructives.

Source : Kommersant