Mourad Medelci, le chef de la diplomatie algérienne a été auditionné, hier, par la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale française. Le parti du Front du Changement National présidé par Dr Salah-Eddine SIDHOUM réagit par voie de communiqué.

COMMUNIQUE

Alger le 08 décembre 2011

Par ce Communiqué du 8 Décembre 2011, la Permanence politique du Front du Changement National prend à témoin les citoyennes et les citoyens algériens sur l’atteinte grave et délibérée qui vient d’être portée hier mercredi 7 Décembre, contre la souveraineté nationale à travers cette véritable « comparution-audition » du ministre des affaires étrangères du pouvoir illégitime d’Alger par devant la Commission parlementaire française des affaires étrangères.

D’autant plus que cette « comparution-audition » a lieu juste à la suite de cette visite-éclair – qui ressemble étrangement à une visite d’inspection – du ministre français de l’Intérieur Claude Guéant ; un personnage au parcours raciste et anti maghrébin, qui s’est permis de venir délivrer des satisfecits de bonne conduite à un régime qui pille les richesses de tout un pays, après avoir provoqué une guerre contre son propre peuple.
 
La « comparution-audition » d’un membre du gouvernement algérien par devant une instance parlementaire étrangère est un acte politico-diplomatique sans précédent depuis que l’Algérie est « indépendante ». Il s’agit-là d’un acte d’allégeance politique d’une extrême gravité qui ressemble à s’y méprendre à une volonté délibérée de mettre la souveraineté nationale sous la tutelle d’un Etat étranger. Il traduit à la fois le mépris total qu’a ce régime pour les citoyens algériens et la honteuse tentation de plaire à l’ex-puissance coloniale chez laquelle il essaie de puiser sa légitimité, faute d’obtenir celle de son propre peuple.
 
C’est pourquoi nous affirmons que cet acte grave constitue clairement – il ne faut pas craindre de le dire haut et fort – une véritable trahison des idéaux de notre Révolution et de la mémoire de nos Martyrs. Encore une fois la dignité de notre Peuple et l’indépendance du pays chèrement acquises, viennent d’être  piétinées et bafouées par un pouvoir irresponsable et antinational, prêt à toutes les compromissions pour défendre ses privilèges.
Nous en appelons à une prise de conscience citoyenne d’une situation qui menace réellement désormais et tout à la fois, l’indépendance de notre pays, la souveraineté de notre peuple et les intérêts de la nation algérienne.

Pour la Permanence politique du FCN.

Dr Salah-Eddine SIDHOUM