« la nationalité du musulman, c’est sa foi » Sayyid Qotb

________________________________________________________________

بسم الله الرحمن الرحيم

Au nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux

________________________________________________________________

Il fut un temps, assez lointain mais je m’en souviens encore, ou porter sur soi le drapeau du pays d’origine était comme un symbole de fierté, de revendication identitaire par l’image, une volonté forte de symboliser une présence et un signal d’insoumission subversif à la francisation imposée par le système dominant…

En gros, un message presque de nature politique, visant à titiller tout le monde, spécialement les représentants de l’ordre, de l’autorité, en un mot : l’État français bleu-blanc-rouge.

C’était histoire de leurs dire à eux comme à toute la société: « Je sais d’où je viens, je n’oublierai pas et si t‘es pas content… ». C’était en quelque sorte le pendant jahilite de la parole coranique « Et dis : mourrez de votre rage »

C’était les années où les blousons en cuir frappés du drapeau marocain, algérien ou tunisien se vendaient comme des petits pains aux puces de Clignancourt (je n’oserai pas dire ici à qui à profité ce juteux petit business en réalité, je risquerais de passer pour un vulgaire a***s*****).

Je me souviens que des proviseurs – dans certains collèges et lycées – avaient même demandé leur interdiction (eh oui déjà…), tant ils comprenaient très bien que derrière ces drapeaux futiles, inutiles et risibles, il y avait en réalité un message presque révolutionnaire, et c’était celui là qui était intolérable à leurs yeux. [1]

En faite, c’était l’aveu que le simple petit grimlins frisé qui traversait la cour de récré en gesticulant avec le drapeau algérien pour blason, semblait à lui seul, faire revivre l’insurrection du FLN dans l’esprit néocoloniale français. Encore une fois, comprenons bien que ce n’est pas l’Algérie qui fait plus peur que la nature profonde et indissoluble du lien symbolique et « revanchard » avec l’autre rive de la Méditerranée.

Rien n’a changé, et c’est le cas de le dire…

Aujourd’hui encore, bon nombre de jeunes français issus de l’immigration maghrébine, de deuxième, voire troisième génération, restent encore dans cette logique pseudo-subversive, prétendument antisystème et donc, pour eux, totalement valable dans leurs petites consciences d’éternels révoltés : cultiver l’amour nationaliste de la « patrie » (souvent derrière le prétexte de la tradition et des origines) un amour au delà même des limites islamiques légales… Tout cela sans même comprendre la nature réelle de ce délire qui devient païen, et de ses implications : un amour passionnel à travers des symboles perçus comme quasi « sacrés » comme les drapeaux ou les frontières (coloniales) résolument contre l’esprit de la oumma musulmane unique et unifiée…

Mais le contexte social français lui a considérablement changé en 15 ans. Désormais l’irruption massive dans l’espace public de drapeaux maghrébins met à mal la… laïcité ? Non !! A moins de faire du drapeau le symbole religieux d’une religion (ce qu’il est déjà pour certains malheureux…), tel que le sont les hijab, jilbab ou les niqab de nos sœurs.

Mais en faite, je pourrais pousser très loin l’analyse en disant qu’en réalité ces drapeaux sont réellement des symboles religieux mais issus d’une religion séculière dans laquelle l’idole est justement l’État-Nation. Et donc, que dans l’espace public d’un État comme celui de la France dans lequel, la radicalité de la conception de cet État-nation est quasi intégriste, alors oui, en un sens, c’est une atteinte possible à la laïcité.

Dans ce cas, agiter un ou plusieurs drapeaux maghrébins dans cet espace public français lors d’un mariage, lors d’une fête, ou de manifestations (ou bien pire : lors de la réélection d’un président de la république française!!!), [2] peut être perçu comme une intolérable provocation d’une religion séculière étrangère sur le sol national exclusivement réservé à l’Idole nationale. Le dogme républicain d’origine jacobine qui assure le triomphe de la seule et unique religion nationale tolérable : celle qui voue un culte et se soumet à son seul dieu-le-père, Pater, patrie… Mais avouez que c’est pousser très loin la réflexion pour le commun des mortels.

D’autant plus qu’en réalité, tous ces faits divers concernant cette problématique « drapeaux », et dont certains politiciens se sont fait les hérauts, est une manière détournée de viser encore une fois le problème de la seule et unique minorité visible, trop visible, insupportablement visible et qui leurs jette en pleine face, les lamentables échecs la concernant : et tout cela avec de simples et ridicules petits drapeaux-torchons, encore plus ridicules que les Etats qu’ils symbolisent.

Où je veux en venir ?

Considérons que c’était juste une introduction importante pour traiter d’abord de l’épineuse question de la double nationalité puis du cœur véritable de mon sujet. Cette question de double nationalité, rappelez-vous, avait fait la Une lors des débats en vue de l’élection présidentielle. Seule la candidate du FN, avait émis le souhait de résilier cette possibilité qu’offre le droit français, celui de cumuler plusieurs nationalités.

Marine Lepen avait péché par ignorance et précipitation irréfléchie en proposant – en toute honnêteté – cette éventualité : elle n’avait pas l’expérience et le cynisme des autres candidats notamment ceux de l’UMPS qui eux, en politicards immondes savaient que le problème était un peu plus complexe que cela. [3] Car encore une fois, le but est de viser une catégorie bien particulière de la population, la minorité musulmane « trop visible ». Mais alors comment pouvoir rédiger une loi « républicaine » qui interdirait la double nationalité que pour eux, sans avoir l’air de les prendre directement pour cible même s’ils constituent en réalité la cible ??? En sachant qu’un des fondements de la loi française est son principe d’universalité indiscriminant….

Comment interdire la double nationalité qu’aux seuls musulmans maghrébins, sans toucher à celle des citoyens d’autres pays non-musulmans et tout en la laissant les juifs français naturalisés « israéliens » ?

Bien sûr, les possibilités législatives existent toujours dans une démocratie d’opinion et elles sont sans aucune autre limite que celle de l’imagination humaine. Il existe mille et un subterfuges pour rendre opérationnelle ce genre de loi interdisant et discriminant la double citoyenneté. Dés lors, il est probable que cela mûrisse dans l’esprit de certains avec l’aggravation de l’évolution politique et sociale en France concernant la minorité musulmano-maghrébine.

Mais c’est l’occasion pour nous de nous demander au fond à quoi nous sert la double nationalité, nous, musulmans européens nés en Europe et vivant (pour le moment encore) en Europe, et en France particulièrement ? Quel intérêts, quels bienfaits, quels avantages ?

Comprenez bien que je ne fais que me poser des questions : il ne s’agit pas de prendre parti et de militer pour ou contre la double nationalité.

Je voudrais ici détruire une fois pour toute une grande partie de la mythologie pitoyable qui règne encore dans les consciences de certains de mes pauvres semblables (notamment les plus jeunes), ceux qui croient par tradition familiale archaïque, par un prétendu esprit de rébellion, mais surtout par jahl aggravé, que les nationalités maghrébine – dont certains d’entre nous avons hérité – apporte un quelconque bénéfice…

Car bien au contraire, quand on étudie le monde réel, et non celui que les imaginations se construisent, que l’on s’aperçoit que la Double nationalité pour le musulman européen signifie plutôt le Double contrôle politique et la double contrainte voir la double peine.

Je vais donc sauter le paragraphe tragico-dramatique, celui où j’expliquerais qu’en réalité nous sommes que des Doubles étrangers ni totalement Français ni réellement maghrébins, ce qui -pour moi- comporte que des avantages en réalité…

Réfléchissons au delà des passions…

La force d’une nationalité symbolisée internationalement par son passeport relève de la force politique, économique, militaire et diplomatique d’une nation.

Si nous reprenions avec audace les thèses des économistes libéraux et que nous les appliquions sur ce sujet, on pourrait dire que sur le « marché de la citoyenneté et du passeport », leurs valeurs respectives fluctuent en fonction de l’offre et de la demande certes, mais aussi et surtout par les moyens, l’utilité et les opportunités qu’offrent cette citoyenneté.

La citoyenneté peut aussi se mesurer en valeur et pouvoir dans notre monde ultra-marchand dans lequel tout se vaut, se pèse, se mesure et se chiffre ; en fonction de ce que l’on peut faire avec ou non, son utilité et surtout le niveau de protection, politique, économique et sociale qu’implique cette citoyenneté…

Dès lors, à un niveau identique, pour exactement le même individu (toute chose égale par ailleurs) chacun peut mesurer sur le marché de la citoyenneté ou plus vulgairement du Passeport, la valeur de la citoyenneté américaine, ougandaise, marocaine, népalaise, israélienne, yéménite, française ou suisse… On pourrait construire des dizaines d’indicateurs de mesures différents et/ou d’échelles pour les mesurer et avoir des dizaines de classements tout aussi différents selon les critères choisis, peu importe. La seule chose qu’il faut retenir, au delà des discours humanistes et mondialistes, le seul élément important c’est de savoir qu’elles n’ont bien sûr pas la même valeur, et au fond, on le savait déjà tous, qu’on le veuille ou non c’est bien une réalité, un véritable axiome…

Passons à la suite et au plus déterminant…

Les musulmans d’origine étrangère, français nés en France (en Occident de manière plus large) même s’ils sont des sous-citoyens à bien des égards (surtout en France…), ont des droits et le savent généralement. De plus en plus d’entre eux, refusent de reproduire le schéma du larbinisme postcolonial de leurs parents immigrés, relativement ignorants et capables de tout accepter et subir en silence en courbant l’échine avec le sourire.

Ces musulmans français en ont finit avec le « complexe du blédard », car justement ils ne sont pas des blédards. [4] Ils revendiquent leurs droits et défendent leurs libertés, leurs différences, ils se dressent devant les injustices, se révoltent – au moins dans leurs consciences (ce qui est déjà intolérable pour le système!) -, ils connaissent la langue et le langage du système, son hypocrisie, ses vices, ses mensonges et autres utopies.

Avec eux, il est impossible de mentir, et tenter de les faire plier, ces musulmans et musulmanes sont et seront de plus en plus nombreux en France et en Europe. Le système étatique a donc de plus en plus de mal à les contenir, à les soumettre et à les contrôler politiquement et socialement comme il le faisait avec leurs parents.

Certes pour les contenir, ce système est obligé de devenir de plus en plus injuste et doit souvent trahir ses propres fondements et ses propres règles basées sur la pseudo-Égalité, Liberté et autres foutaises.

Cela est aisément remarquable avec la laïcité de 2005 qui n’a plus rien a voir avec celle de 1905 : les croisés de la laïcité eux mêmes l’avouent, obligés de la redéfinir pour lui permettre de faire face à une nouvelle Foi beaucoup plus coriace que la catholique, enfin, que la catho-laïque plutôt…

Malgré ces injustices flagrantes, ces deux poids deux mesures etc… le système étatique politico-social en France ne peut pas aller plus loin sans basculer officiellement dans la lutte contre une partie de sa propre population : ce qui, dans le contexte national, européen et international, reste encore du domaine de la science-fiction (pour combien de temps?).

Parfois, le système veut la jouer fair-play et après le bâton, il secoue la carotte et dit aux jeunes générations « Hey, les petits! soyez sympa, vous n’êtes pas comme vos parents, on le sait bien. Vous avez le droit de vote Vous ! Les gentils muz que vous êtes pouvez même faire mumuse avec et aussi longtemps que vous le voudrez (Et d’ailleurs – entre nous – jouez avec, le plus longtemps possible en espérant que vous n’en comprendrez jamais l’arnaque. Si vous pouviez changez votre situation avec, on vous l’aurait interdit avant même votre naissance !!! »

Mais malgré tout cela, il y a dilemme pour le système qui déteste qu’on le remette en cause surtout de la part de musulmans par essence étranger à ce système : donc comment faire pour contenir la contestation et faire en sorte qu’elle ne soit jamais pertinente et dangereuse pour elle ? Comment accentuer la pression à l’avenir et maintenir la coercition sur cette population trop instable ?

Et bien, c’est là qu’interviennent les ex-colonies du sud de la Méditerranée à la rescousse, notamment le Maghreb dont sont originaires plus de 80% des musulmans français.

Là encore, il faut sauter un chapitre, car tous ceux qui croient que les États postcoloniaux du Maghreb sont aussi indépendants de la France que les USA le sont du Royaume-Uni ou le Mexique de l’Espagne, je les invite à ne pas perdre leurs temps à poursuivre la lecture de cet article…

Car les accords politiques, économiques, juridiques, financiers, culturels, policiers et commerciaux sont tels que ces pays n’ont jamais pu redéfinir ces liens ou même oser les négocier réellement d’égal à égal si l’envie leur en prenait. Et le principal bénéficiaire de tout ceci, sont les intérêts généraux et stratégiques de la France de manière globale et quelques petits intérêts insignifiants de groupes privés et de particuliers dans le Maghreb…

Car comme le dit si bien le grand géopoliticien français Yves Lacoste : « En effet, la quasi-totalité des colonies françaises sont devenues indépendantes depuis quarante ans et même davantage. Certes, le néocolonialisme subsiste, mais il fonctionne surtout avec les dirigeants de ces nouveaux États indépendants. » L’aveu clair que les chefs d’État maghrébins sont bien des sous-fifres de la France et qui restent encore colonisés même inconsciemment !

Dès lors, tout est un éternel recommencement : le décor, les mots, les postures ont été édulcoré de manière à garder l’illusion d’une indépendance réelle au yeux des maghrébins du commun, le temps de les transformer en sous-occidentaux qui accepteront avec plaisir cette ignominie.

Ces différents pays, Maroc, Algérie, Tunisie (qui tous se sont alignés sur la modernité française, qui tous rêvent de devenir l’égal de l’ancienne mère-patrie, qui tous suivent le chemin de la civilisation tracée par l’ex-puissance coloniale, qui tous se soumettent à la culture, aux valeurs et aux lois des vainqueurs en les copiant-collant, et qui tous se sont aliénés pour lui plaire et l’imiter). Et surtout : tous travaillent main dans la main pour aider l’État français à contrôler sa minorité musulmane turbulente originaire de ces pays et cela de différentes manières : parfois très clairement mais bien souvent insidieusement…

Je pourrais le prouver et le démontrer M-E-T-H-O-D-I-Q-U-E-M-E-N-T, mais c’est inutile, de simples petits exemple très significatifs le prouvent.

Prenons le cas de certains de nos imams :

Les exemples sont légions, pour certains d’entre eux aussi blédards qu’ignorants, et qui sont envoyés par les ex-colonies (accord de coopération culturelle comme ils prétendent) et se retrouvent dans nos mosquées à distiller (implicitement) la soumission absolue au Roi M6 ou à l’État-FLN, et dans le même temps, la soumission tout aussi absolue (mais explicite cette fois) à la république française… (Et allez comprendre cette contradiction ! Mais en réalité, il n’y en a pas car ce sont tous les mêmes : car se soumettre à l’État français ici c’est se soumettre aux états maghrébins là-bas et se soumettre aux états du Maghreb là-bas c’est se soumettre à leurs maîtres ici).

Je me souviens encore des visages affligeant des plus naïfs parmi nous qui attendaient de ces imams « agent-secret » des appels à la résistance, à la mobilisation lors des lois liberticides et islamophobes anti-hijab et anti-niqab…. Mais non, bien au contraire, la France est à l’avant garde, c’est le modèle, elle montre même le chemin à tous ses enfants laïques du Maghreb, de véritables petits bat**** dégénérés issues du viol colonial. (Je cite encore Yves Lacoste : « …mais les relations postcoloniales n’ont pas que des effets négatifs pour la France comme pour l’Afrique du Nord et notamment pour l’Algérie. Ainsi on peut citer l’exemple de cette véritable intelligentsia francophone et berbère, plus précisément kabyle, qui se développe en France, où elle contrecarre, notamment les menées des réseaux islamistes. »)

Dès lors, ces imams étrangers qui viennent du bled (souvent prêté pendant le Mercato du Ramadan et qui oublie curieusement de repartir) et nous prennent encore pour des immigrés, comme nos parents (tout comme l’État français, pure coïncidence!?), veulent s’assurer qu’on reste encore bien attaché au bled pour y dépenser nos euros difficilement gagnés ici, comme nos darons dociles… (n’y a que ça qui les intéresse et qu’ils soient gagnés dans le halal ou le haram, rien à faire tant que ça fait pas de vague) Tout en appelant à voter pour n’importe qui, mais à voter toute de même… (C’est en quelque sorte la bay’a [5] par le vote).

Et surtout ils veulent exercer sur nous le double contrôle et nous ré-inculquer une sorte d’islam blédard à peine modernisé, presque le même que celui de nos parents qui n’est rien d’autres que l’islam colonial, l’islam grâce auquel les colonisateurs ont pu gouverner le Maghreb parfois 132 ans avec l’aide des imams larbins et des béni-oui-oui, et c’est avec cet « islam » que l’état français actuel espère nous contrôler (et par Allah, on espère qu’ils ne tiendront même pas le quart de 132 ans !).

En gros, pour résumer cet « islam de France » qu’on nous vend un peu partout, c’est l’ancien islam « Algérien » colonial, a qui on aurait donné la nationalité française (alors pour lui pas de problème d’islamophobie raciste car il est déjà francisé…).

Or, même cause même conséquence et je cite nos vénérables aïeux Messali Hadj et ses confrères qui avaient déjà tout compris et disaient déjà : « L’Islam authentique est situé aux antipodes de ‘l’islam algérien‘. Ces deux phénomènes (…) ne peuvent se rencontrer ni chez une même personne, ni chez un même groupe de personnes, ni dans la même mosquée. (…) En un mot, l’Islam authentique appartient à Dieu, ‘l’islam algérien’ à César. Cet ‘islam algérien’ est régi par des règlements dont la responsabilité incombe non à l’administration colonialiste usurpatrice ni à l’Assemblée algérienne mais (…) à la France elle même. Reconnaître ‘l’islam algérien’, c’est accepter l’ingérence coupable de l’Administration dans les affaires du culte, c’est ni plus ni moins donner des associés à Dieu. » [6] C’est si magnifiquement dit et expliqué que cela ne peut être que du pur extrémisme ça…

Ensuite, regardez et méditez la gestion néocoloniale du culte musulman français actuellement, j’en ai déjà parlé et d’autres avant moi l’ont fait. Ce ne sont pas les musulmans français qu’on consulte de manière « démocratique » mais bien les consulats du Maghreb et leurs agents locaux collabeurs car si nous, nous sommes consultés de manière « démocratique » les résultats seront connus d’avance : les  « extrémistes » seront malgré tout élus représentants du culte musulman français : ce que la vieille France laïcarde et édentée ne pourrait pas supporter, sans faire de crise cardiaque…

Le musulman authentiquement musulman, français né en en France et socialisé en France, est beaucoup trop radical, mais pourquoi ? Tout simplement car il a goutté à la radicalité de l’assimilation à la française pardi !

Or les blédards, les immigrés et les nouveaux arrivés, eux paradoxalement, constituent bien plus souvent le vivier le plus fertile des adorateurs de cette France laïque des Droits de l’Homme-blanc-laïcisé et des lumières aveuglantes…

Comprenez bien qu’un imam français, c’est beaucoup plus difficile de lui faire peur qu’un imam non français, si toutefois il est honnête avec la réalité de l’Islam et conscient du dépôt de la science. (Valls a encore promit d’expulser les prêcheurs de haines : il est pathétique le bougre… Ou alors il fait vraiment semblant de rien comprendre car on peut se demander ce qu’il va bien pouvoir faire des français ? C’est un peu comme Sarko reprenant le  « la France tu l’aimes ou tu la quittes » du FN. Ah ouais… bien si c’est comme ça,  je l’aime pas et je reste, Tiens ! Et tu vas faire quoi maintenant ?!)

La coopération franco-maghrébine est aussi forte dans le domaine juridique et policier, si on fait exception du cas de l’Algérie (qui est une ambiguïté due à l’histoire particulière des relations avec la France mais en passe d’évoluer) [7] ces voisins, le Maroc et la Tunisie (sous Ben Ali du moins) sont de véritable officine étrangère de la justice Européenne et française en particulier.

Alors que la France elle, n’extrade pas ses ressortissants, un marocain ou un tunisien peut être livré en pâture à la justice de la métropole s’il ose se réfugier « chez lui » : eh bien oui ! La France n’est-elle pas le modèle universel par excellence de la justice et des Droits ? Le problème ce n’est pas qu’elle le croit, mais que ses anciennes colonies en ont fait malgré tout une vérité quasi-révélée (suffit de consulter les programmes scolaires d’histoire ou de philosophie de nos cousins au bled pour s’en apercevoir…).

D’ailleurs pour illustrer cette soumission absolue à la justice française, je me souviens encore de l’histoire d’un petit caïd de cité, un as des trafics en tout genre, français d’origine marocaine, il avait été arrêté et était en passe d’être jugé. Mais boom, un véritable commando avait attaqué son convoi pénitentiaire pour le libérer. Une scène digne d’Hollywood. Le pauvre idiot a dû trop croire à la propagande nationaliste qu’ils s’est construite dès l’adolescence, car à force de trop croire à sa petite et ridicule nationalité marocaine qu’il avait aussi,  il s’était enfuit se réfugier au Maroc dans le village d’origine de ces parents. Mais entre nous, et sincèrement, autant se cacher prés de la place Beauvau. Il s’est fait si vite reprendre et extrader qu’il a du se dire : « M**** !! Même planquer à Bobigny j’aurais tenu plus longtemps…. » Quoiqu’il en soit, il aura tout le temps qu’il faut maintenant pour méditer sur son mirage maghrébin et l’illusion d’être protégé par la nationalité d’un pays anciennement colonisé et soumit par celui où on est né… Et comme on dit : «  Que cela serve au moins de leçon aux plus jeunes… ».

Voilà un aspect de l’intérêt de la double nationalité, je pourrais multiplier les exemples encore, et parmi les plus révoltant… Et en matière judiciaire sur les dossiers « islamistes » c’est encore pire : la cerise sur le gâteau…

Tel le cas de notre frère Hicham Bouhali. Pour la petite histoire : voilà un citoyen belge, né en Belgique, ayant vécu et grandi toute sa vie en Belgique, qui décide de se rendre en Afghanistan pour y combattre les croisés-envahisseurs américains (ce n’est pas le sujet alors n’en débattons pas) et qui se fait arrêter en Syrie. Alors qu’il est belge, il n’est pas extrader vers la Belgique… Mais où alors ?

Vers le Maroc, son pays d’origine, ou plutôt pays d’origine de ces parents. Car là-bas, les américains savent très bien qu’il gouttera à la hagra [8] la plus totale : dossier d’accusation sur commande et condamnation express… Malins les ricains ! Pourquoi autoriser les syriens à le faire extrader en Belgique, un « État de droit, de justice, avec des valeurs modernes et une éthique » (on va la jouer naïf sur ce coup…), et surtout avec une jeune communauté qui peut bouger et faire du bruit… Bien sur que non, beaucoup trop d’incertitude ! En plus, même si la Belgique est une quasi base de l’Otan, il y a quand même un seuil minimal à ne pas dépasser dans la manipulation, le Maroc c’est tout bénef : encore une fois, voilà l’utilité de la double nationalité, ici marocaine… [9]

Les cas sont légions, on peut citer encore celui d’Ali Arass, pareillement belgo-marocain, alors qu’il vit en Espagne, on lui colle sur le dos un dossier d’accusation « terroriste » d’un vide sidéral et pour le punir tout de même de je ne sais quoi, c’est la pseudo-nationalité marocaine qui prime sur la nationalité belge encore une fois, et au delà de toute logique du « droit international »… [10]

Elle ne vaut rien cette nationalité marocaine sur le marché international du passeport (ou du moins à coté d’autres, rappelez-vous) mais pour condamner injustement elle est super bien coté…(les agents de la CIA le savent tellement bien, que même des non-marocains absolus ont transité dans ces prisons secrètes pour profiter de l’hospitalité des agents de la DST marocains, une véritable petite équipe de chi**s détraqués mentaux et sexuelles). [11]

Mais inversement, quant il s’agit de Français de souche ou de Belge de souche, accusé et/ou condamné pour pédophilie au Maroc par exemple (puisque Ali et Hicham sont d’origine marocaine), soit ils ne sont pas extradés [12], soit ils sont graciés par l’intervention de sa disgracieuse majesté, le ROI M6 lui-même…Amir al… al quoi déjà ?…. (C’est vraiment se moquer de nous, mais bien pire, c’est presque insulter Omar Ibn al Khattab le premier d’entre eux…).

C’était à peu prés le même cas pour l’agent de la CIA en Algérie, violeur multirécidiviste qui se filmait impunément avec ses victimes [13], puis ex filtré officiellement au nez et à la barbe… euh… à la moustache de tout le monde (et de Boutef en particulier). Autant dire que la souveraineté ultranationaliste algérienne (si souvent à fleur de peau quand il s’agit de ces relations avec la France) s’écrase et se refroidit tout aussi sec devant le passeport diplomatique US… Mais je parie qu’un algérien violeur à NYC (même diplomate) n’aura pas eu la même chance… N’est pas DSK qui veut ! (israélo-français, Et TOC !...) Tout cela pour dire que notre double nationalité c’est pour l’instant plutôt la Double hagra au service du rapport de force actuel, c’est à dire au profit de la France en ce qui nous concerne…

En réalité, ne croyez pas qu’il s’agit de critère ethnique et d’origine qui entre en jeu, certes c’est un élément qui est très facilitateur. Mais en réalité c’est surtout le critère islamique qui est fondamentale. Quand l’Islam est subversif dans un monde oppressif, quand il est contestataire ou quand il est révolutionnaire diront même certains, quand il est résistant dans tous les cas, quand il est conscient de lui-même et de sa vocation, quand il a pour but et objectif de changer son environnement politique et social, alors c’est l’ennemi à détruire impitoyablement.

Et beaucoup d’européens de souche convertis à l’Islam, en font eux aussi l’amer expérience dans ces pays, et cette fois-ci qu’ils s’appellent Michel ou Micheline ne changera rien à leur sort, ou du moins, pas comme on pourrait le croire… Tout le monde sait que vaut mieux être prisonnier de droit commun, pédophile, meurtrier ou trafiquant de drogue qu’être un prisonnier d’opinion musulmane dans les pays arabes…

Mais pour nous précisément, les double nationaux, comprenons que c’est ici une des utilités profondes de la double nationalité pour ce système qui domine des deux cotés de la Méditerranée : qu’il soit maghrébin ou Français, c’est en réalité exactement le même système politique juridique et policier. Car la même croyance, la même philosophie, les mêmes valeurs, les mêmes lois, les mêmes volontés, les mêmes codes, les mêmes idéaux et les mêmes projets, les mêmes amis et les mêmes ennemis.

C’est tellement le même système, que quand Ben Ali a commencé à voir son trône trembler, c’est presque des renforts de police que la France avait voulu envoyer !!! C’était en fait comme venir en aide à un vulgaire petit Préfet de Banlieue dont les cités avaient craqué… Remarque, c’est sur les mêmes qu’il faudra taper, le flic français a de l’expérience, et depuis l’intifada de 2005, quand c’est insuffisant, c’est le militaire israélien qui lui donne des cours avancés. Car lui aussi en a de l’expérience et sur le même type de population… [14]

Comprenons dès lors que le système, cette matrice diabolique, cherche à maîtriser, contrôler et à soumettre sa minorité de musulmans pratiquants de nationalité européenne, identitaires, conscients, décomplexés, fiers et sans remords : afin de les prendre en sandwich, les menacer, les coincer, les acculer grâce à l’aide, la coopération et la complicité des ex-colonies : afin de leurs faire comprendre que vous n’avez aucune solution de replis, c’est la soumission ou la mort, ici ou là-bas …C’est la partie invisible et extrêmement utile de la coopération franco-maghrébine (ou belgo-maghrébine) que nombre de binationaux imbus de patriotisme maghrébin n’imaginent même pas !!! [15]

Que cette minorité de musulman français/belges binationaux croit avoir de l’aide, du réconfort, une base de repli dans son pays d’origine qu’elle s’aperçoit très vite que tout le système d’oppression qu’elle a vécu (surtout) en France a été ré initialiser au Maghreb dans une forme totalement différente : lui le sait, il le ressent car il connaît le modèle original (la France) et rares sont les maghrébins du Maghreb qui le remarquent (sauf ceux dont l’Islam est encore semblable à une forteresse et un phare dans les ténèbres)…

Celui et celle qui méditeras sur ce sujet profondément et honnêtement (en se débarrassant du poison de la passion nationaliste qui veut nous obscurcir la réalité) verra que l’ensemble de cette coopération et de cette alliance franco-maghrébine a donc aussi le but inavouée d’exercer un double contrôle, une double allégeance, une double coercition, une double menace, grâce à cette double nationalité. Encore une fois on pourrait citer à ne plus en finir des paroles très claire de personnalités Françaises et maghrébines ayant des fonctions officielles qui le prouvent et des dizaines d’exemples révélateurs de tout cela : mais je pense, encore une fois, que tout est parfaitement visible pour qui veut le voir bien sûr…Et justement, seuls ceux qui ne voient pas au delà de l’écorce pour approcher le noyau, croient malheureusement encore que la double nationalité maghrébine dans l’ordre politique mondial que nous connaissons actuellement est une opportunité pour les musulmans.

C’était l’erreur de Marine Lepen qui n’a pas eu encore l’intelligence stratégique de le comprendre : passionnellement islamophobe elle n’a pas réfléchi suffisamment pour voir que la double nationalité, dans la configuration actuelle, pour l’instant, c’était tout bénef pour la France…

Même pour ceux qui pensent à la hijra [16], qu’ils sachent que certains de ceux qui ont choisi de repartir vers le pays de leurs parents ont tous remarqué que le français non musulman au Maghreb à les mêmes droits que le français musulman originaire de ces pays (normal diront certains : oui mais pas sur que nous, Français en France on a autant ou du moins les mêmes droits que le français de souche non musulman au Maghreb et que le français de souche non musulman en France même…), Mais plus risible encore : pour les français non musulmans, il y a souvent moins de contraintes et beaucoup plus de facilités administratives s’il s’agit pour lui d’y vivre et d’y travailler (d’ailleurs même au bled il y a discrimination sur les CV, à compétence égale, ils préfèrent souvent Jean-Pierre à Djelloul mais là, bizarrement pas de Testing pour le prouver…).

En faite, non pas que la loi du bled est discriminante en leurs faveurs, mais c’est surtout qu’il y a plus de larbinisme de la part des indigènes blédards complexés, contents comme des enfants de resservir et recevoir gracieusement du « blanc mécréant », tout cela en ayant EUX, Français de Souche non-musulmans, la VERITABLE protection consulaire de la part de la France…

(Alors que le blédard est souvent très serviable envers le français de souche non musulman, il voit déjà d’un air plus étrange ce français de souche quant il est authentiquement converti à l’islam, comme s’il semblait lui dire : « Mais vous aviez l’air d’être beaucoup mieux en non musulman!!!  »…C’est surtout que ce français de souche authentiquement converti à l’Islam lui renvoie en pleine face une piètre image de lui même et de son islam maghrébin complexé…Or tout cela c’est avec le blanc, car le blédard est carrément plus sec, voire carrément haineux car jaloux de la nationalité européenne de son/sa compatriote musulmane maghrébin(e)…Et il ne comprend pas son choix irrationnel d’être revenu vivre au bercail alors qu’il vivait au cœur de la modernité occidental, le véritable paradis séculier des blédards laïques francophones!).

Même sans parler hijra, ne serait-ce que quand ils se rendent en vacances au bled, dés la douane avec ses flics moustachus, ou n’importe où ailleurs en face d’une administration maghrébine, on fait bien comprendre aux binationaux que  « ya moulay » te prend pas pour un vrai français, hein, car de toute façon tu vas goutter à la hagra comme tout les gens d’ici… « Marhababikoum Fi Bladkoum » disait le slogan… « Marhaba fi Hagratina » [17] qu’il faudrait lire…

Alors que pour le couple de touristes, la Jacqueline et le Michel, tout est plus facilité comme au bon temps des colonies et avec le sourire (Ah !!!! Doivent se dirent nos concitoyens touristes…« Mais pourquoi le Moustapha de France n’est pas aussi aimable et toujours aussi serviable avec nous que son cousin le Moustapha du Maghreb??)… D’ailleurs l’office du tourisme marocain et tunisien se livre une guerre terrible en coulisse pour attirer le plus de touristes en maniant vieux clichés et thématiques indigènes à outrance. [18]

Parfois, pour eux une simple carte d’identité est suffisante pour s’y rendre, alors que nous, malgré notre passeport français, le gros moustachu puant et suant de douanier nous demande encore nos papiers maghrébins !!!

Purée de Complexé du bled…! Je le dis et je le répète, ces États totalement pourris jusqu’à la moelle et leurs administrations ubuesques, date encore du temps du Maghreb français, rien à changer, Mouloud a remplacé Pierre dans les même administrations, c’est tout. J’exagère diront certains, non, à peine : je cumule seulement des dizaines et dizaines de témoignages réels issus des expériences de frères et sœurs en une seule traite, et je dis ici ce que personne n’a jamais dit ou écrit, et c’est justement parce que personne n’en parle ou ose le dire (souvent par fierté nationaliste), que cela à l’air exagéré…

Dés lors après tout ça, dites moi à quoi peut bien servir la nationalité marocaine, algérienne ou tunisienne, quel avantage, quel bénéfice, quel plus  par rapport aux autres ?

Et même si on en trouve, les inconvénients sont de toute façon tels qu’ils relativisent et ridiculisent ces maigres avantages…

Mais bien entendu, encore une fois, tout ceci n’est valable qu’à l’état actuel de la situation des pays du Maghreb (la Tunisie semble entrer dans une période de changement très intéressante à suivre donc…), ainsi rien ne dit que demain les choses ne changeront pas positivement.

De plus, toute cette dénonciation ne vise absolument pas à dire que la hijra est inutile, ou qu’il faut refuser cette bi-nationalité, c’est encore une fois lire de travers et ne pas comprendre le sens du texte et la ligne directrice. Bien au contraire, celle-ci est et reste un objectif absolu en soi. Mais il vise à détruire les mythes, les mensonges, les illusions qui pèsent dans l’esprit du musulman et l’empêchent de voir la réalité telle qu’elle est, ses causes, et donc ses solutions. (Car certains peuvent réussir leurs hijra, le pourcentage est extrêmement faible, mais cela existe, le problème est d’être sûr que leurs enfants, eux, ne constituerons pas de futurs immigrés – ce serait un comble – tout cela, car les problèmes des pays musulmans n’auront jamais été compris avant de pouvoir être réglés...).

J’insiste simplement à ce que les musulmans binationaux comprennent en l’état actuel des choses à quoi peut bien servir la nationalité de pays qui ne font pas de l’Islam authentique une réalité politique !

Dès lors, ils doivent comprendre que pour l’instant : Ni totalement français, aucun de ses avantages ne peuvent être mobilisés pour nous défendre comme les autres, ici ou ailleurs. Ni vraiment maghrébins, tous ses inconvénients peuvent nous tomber dessus du jour au lendemain comme tout les autres maghrébins…

Pourquoi ?

Car nous sommes totalement et profondément musulman de manière consciente, nous l’avons choisi délibérément, et comme nous avons grandi au cœur de la bête, nous sommes immunisés contre ses tentations et ses mensonges : nous sommes donc l’antidote (ou le virus selon le point de vue…) contre la maladie MODERNITE OCCIDENTALE affectant l’Islam et donc les plus dangereux pour le système.

Ainsi, le véritable musulman est véritablement un étranger comme le hadith connu l’annonce, mais il est aussi et surtout un orphelin, aucun État, aucune force politique souveraine et indépendante et réellement musulmane, n’existe pour le protéger et pour donner du poids et de la valeur à son identité islamique. Comme l’entité sioniste dénommée « Israël » à donner de l’importance à l’identité juive, comme n’importe quelle puissance occidentale qui compte à donner du poids à l’identité profonde qu’elle recouvre.

Tant qu’il n’y aura pas de restauration de cet État musulman dépassant les frontières coloniales, construit et fonctionnant sur les valeurs de l’Islam, avec force et honneur, nous sommes et seront que des étrangers orphelins, des apatrides sans réelle et véritable patrie.

Donc encore une fois, le véritable champ de bataille n’est absolument pas la France ou l’Occident, ce n’est pas l’espace naturel où l’on doit s’efforcer de mener une lutte active qui nous transcenderait et qui mobiliserait toutes nos espérances, non ! Je ne serais donc pas de ceux qui appellerons à gaspiller un iota de notre énergie, de notre temps et de nos efforts dans une lutte politique ou social directe contre cette république islamophobe ; à moins que la simple défense puisse être désormais qualifiée d’attaque à l’heure où vont les choses…

Car le véritable lieu où nous devons fournir nos efforts les plus décisifs, les plus profonds, les plus visionnaires est en direction des pays musulmans.

Certes luttons contre l’islamophobie, luttons et résistons, pour défendre nos droits, nos libertés en fonction des armes légales et char’i [19] que ce terrain nous offre, investissons-nous, là ou nous devons et où nous pouvons le faire, construisons ce qui peut être construit, profitons des avantages tout en essayant d’en réduire les inconvénients, sans résignation et sans collaboration, en gros : agissons localement mais pensons globalement, soyons tacticiens ici pour être des stratèges là-bas.

Alors ok, parfois certains brûlerons des drapeaux ! Mais à partir de maintenant, laissons de coté les drapeaux Américains ou Israéliens ou des autres pays occidentaux, ça fait quarante ans qu’ils sont brûlés de Rabat à Jakarta, que rien ne change et réfléchissons cinq minutes puis posons nous la question : pourquoi !?

Dés lors : essayons de brûler d’abord et avant tout les drapeaux du Maghreb, car c’est ce signal, ce symbole qui sont les seuls à avoir de la pertinence aujourd’hui et qui montreront la force et la maturité de la conscience politique islamique des nouvelles générations de musulmans

Et commençons d’abord à les brûler dans nos cœurs et nos consciences. Établissons et Hissons à la place, la seule et unique bannière qui possède du sens, la seule qui donne une valeur et une force à notre identité. La seule que tous craignent…

Alors oui, certains peuvent penser ou écrire que périsse cette république raciste néocoloniale, laïcarde et islamophobe dans laquelle nous vivons…[20] Mais en regardant la réalité hideuse des États du Maghreb par rapport à celle de la France, je précise donc le sens profond de ce souhait, et je dit :

Qu’elle périsse bien après la République algérienne et tunisienne, et que périsse le Royaume du Maroc bien avant celui de la Belgique !

« Les Bédouins arabes sont plus endurcis dans leur mécréance et dans leur hypocrisie, et les plus enclins à méconnaître les préceptes qu’Allah a révélés à Son messager. » (Sourate Le Repentir: verset 97)

« Certes les hypocrites seront au plus profond de l’enfer et tu ne leur trouveras jamais de secoureurs » (Sourate les Femmes: verset 145)

 

 Aïssam Aït Yahya – pour Ana-muslim

_____________________________________________________________________

[1] http://www.lemagazinedumanager.com/wp-content/uploads/cuir-algerie.jpg

[2] http://www.sudouest.fr/2012/05/07/aliot-fn-denonce-la-presence-de-drapeaux-etrangers-a-la-fete-de-hollande-708705-710.php

[3] http://www.lepoint.fr/politique/marine-le-pen-en-campagne-contre-la-double-nationalite-01-06-2011-1337388_20.php

[4] Je rappelle que ce qualificatif de « blédard » ne stigmatise pas tous les maghrébins vivant au Maghreb, mais désigne la posture mentale et psychologique de ceux qui restent profondément déstructurés par la colonisation, avec une aliénation, un complexe d’identité et d’infériorité devant tout ce qui vient de France ou qui est français, ou occidental de manière générale. Le « blédard » voit les valeurs occidentales comme des valeurs universelles, voit l’image de l’homme et de la femme occidentaux/français comme l’image vers laquelle doit tendre toute l’humanité. Sa relation avec l’Islam est ambigüe, parfois franchement hostile mais rarement de manière explicite. Le « blédard » est parfois aussi musulman qu’un occidental de souche peut être qualifié de chrétien… Son image de l’Islam, qu’elle soit positive ou négative, est dictée par la vision qu’en a d’abord l’Occident. Il se qualifie très souvent de moderne, de laïque, de démocrate et de tout autre adjectif en vogue montrant sa soumission à l’ordre idéologique et culturel de l’Occident. Certains sont sincèrement naïfs et ignorants, et ici on doit s’efforcer d’être patients et pédagogiques avec eux, alors que d’autres par contre, peuvent être qualifiés de réel Hypocrites au sens religieux du terme puisqu’ils combattent la réalité de l’Islam et haïssent même ces fondements les plus élémentaires.

[5] Littéralement : Allégeance. Islamiquement, il marque le pacte social entre gouvernés et gouvernant chacun s’engageant à respecter les droits et devoirs vis-à-vis des autres. Au Maroc, il consiste en une cérémonie annuelle archaïque où la soumission absolue au Roi le dispense de respecter ses obligations et devoirs islamiques (http://www.rue89.com/2012/08/31/la-ceremonie-dallegeance-au-roi-mohamed-vi-divise-les-marocains-234978)

 [6] http://www.cairn.info/revue-geneses-2007-4-page-49.htm. Nous reprenons ce qualificatif d’«  algérien » car « l’islam algérien » c’est « l’islam colonial », mais il est tout aussi marocain et tunisien ou africain. L’adjectif algérien est plus significatif car l’Algérie était une colonie directe de la France pendant 132 ans, temps où elle a eu la possibilité d’expérimenter cet « islam » et même de le créer sur mesure, et de le ressusciter aujourd’hui… C’est donc le symbole suprême de « l’islam colonial ».

[7] Officiellement, l’Algérie n’extrade pas ses ressortissants, mais la pratique de coopération judiciaire et le cas particuliers des français binationaux algériens, font qu’ils ne peuvent pas se soustraire dans l’absolue à la justice française (comme pourrait le faire un juif franco-israélien en se réfugiant en « Israël »…). Or les choses semblent changer puisque au moment même où je finalisais cet article, j’apprends que le Ministre de l’intérieur a effectué une visite à Alger dont l’un des buts est justement de revenir sur cette exception algérienne, héritée de la guerre d’indépendance. http://lci.tf1.fr/monde/afrique/valls-a-alger-la-cooperation-sur-le-terrorisme-excellente-7581618.html Valls énonce bien qu’il faut revenir sur l’accord bilatéral de 1968, et il justifie dans son intervention tout ce que nous expliquerons dans cet article : «La France était prête à certaines avancées, mais en revenant sur quelques dispositions de l’accord de 1968. Elle a, par ailleurs, le souci de faciliter la situation des Français vivant en Algérie et souhaite donc que certaines questions plus larges que l’accord de 1968 soient abordées » Faciliter la coopération dans le sens des intérêts de l’ex-puissance coloniale : garantir la souveraineté de sa justice et de sa police, au delà même de ces frontières et détruire toute les barrières ne serait-ce que symbolique…

[8] Oppression et injustice

[9] http://www.afrique-asie.fr/menu/afrique/19-actualite40/3392-hicham-bouhali-zriouil-un-volontaire-belge-pour-l-afghanistan-condamne-au-maroc-a-20-ans-de-prison.html

[10] http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article921#.UGsdj64VixM

[11] http://www.bladi.net/maroc-torture-cia.html

[12] http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/09/26/pedophilie-le-maroc-va-juger-un-hotelier-francais_1765799_3224.html

[13] http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20090129.OBS2077/un-agent-de-la-cia-poursuivi-pour-viols-presumes-en-algerie.html

[14] http://www.voltairenet.org/Nicolas-Sarkozy-compte-adopter-les

[15] Même si le cœur du sujet est la binationalité franco-maghrébine, le lecteur avisé saura que les mécanismes décrit ici peuvent être élargi à tous les binationaux musulmans du monde occidental, avec des pratiques, des spécificités différentes selon les relations et l’histoire qu’ont ces pays occidentaux avec leurs homologues du monde arabo-musulman.

[16] Émigration : consiste pour le musulman à quitter une terre non musulmane pour aller s’installer et vivre sur une terre musulmane gouvernée par un système politique et social musulman. Il s’agit d’un devoir impératif pour le musulman.

[17] « Bienvenue dans votre pays » Slogan publicitaire marocain en direction des immigrés ou descendants d’immigrés, s’inscrivant dans le cadre de la politique marocaine s’attachant à ne pas perdre la manne financière qu’ils représentent en terme de transferts financiers, slogan qui se révèle finalement être « bienvenue dans notre misère et oppression»

[18] http://www.egalite.be/?p=3255

[19] Légale d’un point de la shari’a, le droit musulman.

 [20] Et même si elle est à l’agonie, je ne lui ferais pas ce plaisir d’abréger ces souffrances : car dans sa haine, elle risquerait de m’accuser de meurtre alors qu’elle s’est elle-même suicidée (l’Islam m’a tuer, pourra t-on lire…)