COMMUNIQUE de MOSQUEES ET MUSULMANS SOLIDAIRES

boubakeur-moussaouiLa vie du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) fourmille de personnages changeant au gré du vent, comme des girouettes incapables d’orientation et de réflexion, soumis à des injonctions politiques ou diplomatiques, même lorsqu’il s’agit de fixer la date du premier jour du mois sacré du Ramadhan.

Fixée plusieurs mois à l’avance au 9 juillet 2013, le Ramadhan ne débutera finalement que le 10 juillet 2013 pour l’écrasante majorité des musulmans de France.

Désappointés et attristés par le cafouillage du CFCM, les musulmans de France s’interrogent sur la façon irresponsable dont se comportent les « dirigeants imposés » de cette instance qui n’a jamais cessé d’être dénoncée et rejetée par les musulmans de France.

Ces dirigeants imposés et illégitimes ne mesurent pas les dégâts de la crise du « premier jour du Ramadhan » qu’ils viennent de déclencher pour la première fois en France.

Dans cette crise, le comportement du « président imposé » du CFCM est à l’image du personnage de fiction médiatique qui a toujours eu comme principe que « ce n’est pas la girouette qui tourne mais c’est le vent… »

Le désaveu que viennent de lui adresser les musulmans de France et de leurs mosquées indépendantes est certainement un début de réponse à l’attitude ridicule de son organisation.

En effet, les serments de fidélités ne durent que quelques semaines au sein de cette coquille vide définitivement brisée aux yeux des musulmans de France.

La Grande Mosquée de Paris se désolidarise de la position réaffirmée par le Conseil d’Administration du CFCM dirigé par son Recteur.

Ce n’est pas la première fois que les musulmans de France voient les « dirigeants imposés » de cette instance moribonde renoncer à leurs paroles.

C’est pourquoi,

Mosquées et musulmans solidaires considère que le CFCM est devenu une girouette qui en soi ne vaut surtout que par ce qu’elle révèle : la construction d’un pouvoir virtuel politico-diplomatique que ne peut plus se revendiquer de la légitimité des musulmans de France.

La vocation de ses «  dirigeants imposés » consiste à s’adapter au vent qui tourne pour servir leurs intérêts personnels et des pays qui subventionnent les associations qu’ils dirigent sur la base d’une « présidence à vie » et sans aucun contrôle.

Mosquées et musulmans solidaires s’inquiète de la caution donnée, par les pouvoirs publics en charge des affaires des cultes en France, au CFCM en tant que centre désormais inefficace, invisible aux yeux des musulmans de France mais pourtant omniprésent médiatiquement.

Enfin, Mosquées et musulmans solidaires appelle les musulmans de France à manifester, dans les médias et sur internet, leur distance et leur défiance vis-à-vis de cette instance et de ses dirigeants illégitimes pour mieux défendre les véritables intérêts de leur Culte.

Coordination de Mosquées et Musulmans solidaires

Web : www.mms-france.org | e-mail : mmsolidaires.france@gmail.com