Effet brownien ou chute de potentiel ?

syrie_Dans Tayhoudite, Takloubite et Takharbite j’ai évoqué les questionnements sur le Hezbollah et l’Iran en cas d’agression américaine sur la Syrie sans y répondre. J’ai évoqué aussi l’effet brownien ou la logique de l’entropie dans la thermodynamique et dans la génétique qui à partir d’un désordre  dans un corps nourrit la faculté d’adaptation pour en devenir fatalement la loi imposant ses règles et ses conclusions. L’Empire en jouant sur le chaos organisé chez les autres est devenu lui-même prisonnier de sa logique chaotique qui est en train de le mener vers sa ruine.

Nous avons assisté depuis quelques jours à un crescendo médiatique qui rendait l’agression impériale contre la Syrie inéluctable et imminente. Les Arabes opposés à Bachar Al Assad, les sionistes, les faucons néocons américains, l’Angleterre et la France par leurs médias et leurs diplomates s’en donnaient à cœur joie et à l’unisson tout convaincus que les Etats-Unis allaient rayer de la carte la Syrie au cours du week-end passé. Le silence de l’Iran et les déclarations de Lavrov disant que la Russie n’entrerait en guerre contre personne donnaient du crédit au dénouement dramatique et rapide de la crise syrienne.

J’avais dit qu’il devenait  impossible d’imaginer un autre scénario que la guerre sauf si un miracle se produit en dernière minute. Le miracle s’est produit dans la tête d’Obama en une fraction de seconde prenant de vitesse et à contre coup ses conseillers, ses alliés et son propre système. En effet, le discours d’Obama attendu comme déclaration de guerre et feu vert pour le lancement des missiles a montré un Président américain dans l’embarras qui délègue ses pouvoirs au Congrès américain,  qui diffère l’entrée en guerre, et qui en limite la portée et la durée.

Si la France, pourtant négligée dans l’analyse des médias anglo-saxons et arabes, reste attachée à son cocorico guerrier contre la Syrie, les principaux alliés de la Syrie font volteface par des prouesses « démocratiques » : Canada, Allemagne, et Otan. Les monarchies arabes et l’entité sioniste sont douchées et redoublent de haine et d’aboiement ayant peur de ne pas voir leur agenda se réaliser. L’allié traditionnel, l’Angleterre avait déjà fait volteface à la surprise de tous. L’Empire anglais semble  montrer de nouveau la voie à son héritier et maitre américain.

Que s’est-il passé pour chambouler tous les calculs et tous les pronostics ?

Il semble que la machine de guerre se trouve confrontée à des problèmes internes et externes.

Sur le plan interne :

Sur le plan interne il y aurait un jeu de pouvoir qui est en train de laminer l’Empire déjà fragilisé par ses crises financières, économiques, morales, militaires qui le rendent incapables d’affronter les conséquences d’une nouvelle  guerre dont nul ne prévoit les aboutissements. Toutes les options ne font pas l’unanimité et chacun devra payer le prix politique de son refus ou de son soutien à une option dans une Amérique qui a perdu tous ses repères, mais qui se trouve aspiré par le désordre qu’elle a généré dans le monde sans perspective  de sursaut. La fin de l’Empire est en marche. J’espère avoir le temps de faire une comparaison entre le repli de l’empire britannique des colonies et sa fin, entre le suicide collectif des élites romaines et la fin de l’Empire romain, entre les hésitations d’Obama et la psychologie du pharaon d’Egypte face à Moïse tel que le Coran nous décrit le personnage et  le processus de son effondrement ainsi que de son système.

L’Empire est prisonnier de sa propre puissance qu’il ne contrôle plus et d’une logique d’auto destruction qui le dépasse qui le rendent incapables d’apporter des réponses convaincantes sur ses objectifs de guerres et leurs conséquences après qu’il ait mené la planète vers l’inéluctable de la confrontation en Syrie. Ainsi il se trouve dans la position de l’âne de Buridan pour ne pas dire dans celle du roi Midas aux oreilles d’ânes :

  • Action militaire ponctuelle et limitée qui laisserait le régime en place et une recomposition de la région avec les Russes et où chacun trouverait un semblant de victoire. L’armée impériale, par sa culture et ses moyens, n’est pas dans ce deal. Elle va en guerre ou bien elle n’y va pas pour des considérations purement techniciennes de stratégie et de tactique militaire, même si formellement elle obéît aux ordres du politique. Il est difficile de voir l’armée impériale se comporter autrement qu’au Vietnam, en Irak, en Afghanistan…
  • Action militaire et ponctuelle qui laisserait l’Arabie saoudite et ses mercenaires prendre le contrôle de la Syrie et livrer bataille au Hezbollah et à l’Iran sur le sol syrien avec un chaos qui mettrait en péril les intérêts et les vassaux de l’Empire en récession. La crise de la NSA avec les révélations Snowden montrent que l’Empire ne peut plus maquiller les fausses preuves, ni entrainer son armée sur de fausses pistes, ni impliquer les Etats sur des projets inconséquents. L’Empire est en perte de vitesse, en déficit de crédibilité, en otage de son hyperpuissance informationnelle et médiatique
  • Action militaire totale que l’armée américaine ne veut pas mener car elle n’a pas les moyens d’occuper la Syrie. Aucun politicien américain n’est capable de donner à cette armée les moyens colossaux qu’elle réclame et encore moins lui donner la caution morale, politique et juridique. Même si le système s’est piégé en disant qu’il pouvait se passer de la communauté internationale et du Conseil de Sécurité de l’ONU, il ne peut pas se passer de ses alliés pour une guerre longue et difficile. Il n’y a que l’entité sioniste et les Arabes imbus de l’arrogance que leur donne argent, stupidité et culture de nuisance qui ne semblent pas voir l’expression d’Al Moutanabi : «  les vents ne soufflent pas au gré du voilier »

Sur le plan externe :

Sur le plan externe, beaucoup de choses se sont passés :

1 – Le Hezbollah tient son cap et fait preuve de capacités d’adaptation déroutante qui le rendent, contrairement au scénario prévu, présent et efficace en Syrie, au Liban et face à Israël. Israël constate à sa surprise non seulement de plus grand  signes de résistance, mais des possibilités offensives, qui ont déjà fait effondrer le front psychologique de la population pourtant militarisée.

La machine médiatique sioniste avait fait emballer la machine de guerre occidentale en disant que Hassan Nassrallah s’est engagé auprès du Président libanais et de ses alliés libanais de ne pas faire exposer le Liban à une nouvelle guerre et donc de ne pas porter atteinte à Israël. Le silence prolongé de Hassan Nassrallah qui a l’habitude de se prononcer a intrigué les experts qui ont compris tardivement qu’il n’est ni dans les traditions, ni dans la politique ni dans l’éthique du Hezbollah de chercher à épargner Israël et encore moins de s’engager à l’épargner.

Personne n’ignore les déplacements de personnalités occidentales pour s’enquérir de leurs intérêts et de leur place au Liban selon que le Hezbollah fasse le mort, qu’il soit mort devant l’Empire et le sionisme ou qu’il se réveille s’opposant à eux. Personne n’ignore les voyages de Fillon et son refus de cautionner la guerre au Liban et en Syrie. Il sait que les conditions nouvelles ne sont pas celles  de la Libye de Kadhafi.

2 – Les Iraniens, par leur différents commandants de forces, ont fait savoir, par un effort de communication intense et habile, aux Américains et aux Européens, qu’ils refusent n’importe quel scénario et n’importe quel arrangement et qu’ils resteraient au côté des Syriens. Si le détail de la riposte iranienne est caché, les Iraniens ont fait connaitre au monde entier leur engagement, leurs cibles et les conséquences probables dans la Région.

3 – Les Brigades Al Qassam et la résistance palestinienne armée ont fait savoir qu’elles s’impliqueraient activement et durablement dans le conflit.

4 – Le Président syrien n’a fait aucune concession et se montre déterminé à se battre et à endurer les frappes avec la possibilité de ripostes. Al Jazeera, comme à son accoutumé, fait état des défections dans les rangs  des généraux et des soldats de l’armée syrienne.

5 – Poutine, ancien chef du KGB, semble avoir manœuvré habilement. Il a laissé son chef de diplomatie tenir un langage pacifiste qui a été interprété comme un aveu d’impuissance, alors que politiquement et militairement il appuie l’armée syrienne, et médiatiquement il se moque des mensonges et de l’arrogance occidentale. Le matériel de transmission débarqué en Syrie et la marine russe présente avec plus de moyens et de signes guerriers près des côtes syriennes indiquent une présence militaire russe. Les positions russes en faveur de la Syrie  rappellent ses positions en faveur de  Cuba contre l’Amérique et du  Canal de Suez contre la France et l’Angleterre.

6 – La Chine et la Russie n’ont pas cédé au Conseil de Sécurité et rien n’indique qu’ils vont céder. Il y a une bataille qui dépasse la Syrie : c’est la fin de l’hyperpuissance, c’est la fin d’un monde unipolaire. Les pays émergents ont vu les nouvelles possibilités et y ont cru : ils s’impliquent. Les Pays arabes et musulmans ne voient pas comment le centre de gravité du monde se déplace, car ils sont sans projet d’implication, d’émancipation. Certains  resteront en marge de l’histoire, d’autres en sortiront humiliés et maudits, car ils auront financé la Fitna dans leur aire civilisationnelle et ils auront financé les derniers souffles de vie d’un Empire agonisant.

La diplomatie, les médias et le renseignement russe ont remporté une victoire contre l’Occident en montrant les faux américains, anglais et français fabriqués à partir des montages sionistes et arabes. La France officielle et la France médiatique continuent  sa casuistique en proclamant le secret de Polichinelle : « l’usage des armes chimiques en Syrie » alors que la raison de guerre demande de désigner l’usager.

7 – L’ONU, chambre d’enregistrement et boite de résonnance de l’Empire, demande un délai pour ne pas perdre le peu de crédibilité qui lui reste encore. Rien ne dit que les conclusions des experts iront dans le sens désiré par l’Empire.

8 – Même la ligue arabe n’a pas donné mandat malgré que la majorité de ses membres soit contre la Syrie et que ces derniers sont parvenus à faire condamner le régime syrien.

9 – La dernière couverture, religieuse, celle d’Al Azhar, vient de se prononcer contre l’agression. Dans les jours à venir nous allons sans doute assister à une entrée en scène des communautés musulmanes sunnites et chiites pakistanaises. Les nouveaux dirigeants et les élites religieuses au Pakistan ont de lourds contentieux avec l’armée et l’Administration américaine. Des discussions de paix entre l’Inde et le Pakistan prennent des tournures prometteuses pour les peuples de la région.

Les Chinois, les Indiens, les Russes, les Pakistanais et les Russes ont de grands projets communs et de grandes ambitions pour reprendre en main l’Afghanistan après la débâcle américaine. Lorsque les experts français désignent leur Président actuel de Poire ou de notaire de province ils le font par dépit  intellectuel, par nationalisme et par le sentiment de ratage qui poursuit la France comme une malédiction post coloniale dont elle ne tente l’émancipation qu’en se vassalisant auprès des USA.

10 – Le double jeu de l’Empire lui a fait perdre le soutien de l’Egypte. Les militaires égyptiens sont confrontés à la gestion du canal de Suez vers qui convergent les porte-avions et les destroyers américains.  Nous avons l’habitude, depuis notre jeune âge, de voir l’armada américaine se déployer dans sa superbe puissance, mais c’est la première fois où nous voyons des contradictions, des hésitations, de la confusion qui annoncent des difficultés qui prennent de l’ampleur rendant l’hyperpuissance de plus en plus fragile et isolée. L’histoire a le secret des paradoxes qu’elle cultive pour prendre d’autres chemins et aller vers d’autres aboutissements.

11 – Le Vatican s’unit à la voix des Chrétiens d’Orient qui refusent à l’unanimité l’intervention de l’Empire en Syrie. Les médias français minimise ou occulte l’information. Elle est pourtant capitale. Le Vatican a joué un grand rôle dans la chute de l’Empire soviétique et du mur de Berlin ainsi que dans les révolutions colorées en Europe. Il a été l’artisan étroit de la CIA dans la guerre froide car l’agenda du Vatican, l’évangélisation du monde, rencontrait celui de l’Empire. L’expérience irakienne, l’expérience serbe, ainsi que le dynamisme des Eglises orthodoxes sous l’impulsion de Poutine rendent le Vatican plus prudent. Les Chrétiens de Syrie, de Palestine, du Liban disent haut et fort leur appartenance au monde arabe et musulman que l’Arabie saoudite et ses hommes de main vont détruire jusqu’à mettre en péril leur culte et leur existence. Le laïcisme intégriste français ne peut comprendre le sentiment religieux.

Par ailleurs la psychologie des hommes marquant l’histoire semble jouer un grand rôle dans le devenir du monde.  Obama et le Pape François nous donnent une autre image que celle de Bush et du Pape Benoît XVI. Bon gré ou malgré ils introduisent des contradictions dans leur propre système comme s’ils étaient pris par des limites qu’ils ne peuvent franchir malgré leur fonction symbolique et malgré les fonctions que leur accorde le système qui les emploie et qui les a choisi.

12 – L’Irak interdit la violation de son espace aérien en cas de guerre contre la Syrie. Exsangue et subissant une guerre civile qui fait plus de 50 morts par jours dans des attentats visant les mosquées et les marchés, les Irakiens savent que leur malédiction portent la marque américaine et saoudienne. La logique d’inversion du régime de terreur leur impose d’apporter leur soutien à la Syrie et à l’Iran.

13 – Il est vrai que les Afghans, à l’instar des Palestiniens, n’ont pas fait preuve de vigilance et se sont trouvés impliqués dans la guerre en Syrie pour le compte des monarchies et des services anglais et américains. Il est vrai aussi qu’ils portent les mêmes contradictions, les mêmes confusions et surtout les mêmes stigmates que leurs coreligionnaires arabes.  La haine du colonisateur et la vision globale de certains mouvements islamiques afghans leur donnent le sens des priorités. Ce n’est sans doute pas un hasard que les embuscades et les coups de main contre les troupes américaines se soient multipliés et intensifiés.

Rien ne dit que dans un avenir proche les Iraniens, les Russes et les Pakistanais ne vont pas apporter un soutien plus conséquent à la résistance afghane qui rendra le retrait américain sanglant et humiliant. L’Amérique a la puissance et les moyens, mais son armée est vulnérable par son déploiement dans le monde entier. Le cout en vie humaine et en logistique va devenir lourd à supporter et imposer l’abandon des bases et des colonies comme ce fut le cas pour l’Empire britannique. Obama et l’armée américaine sont peut-être conscients des nouvelles équations ainsi que des limites psychologiques, militaires et financières de leurs appareils de puissance mondiale.

Tous ces éléments complexes ne permettent pas objectivement de dire qu’il n’y aura pas de guerre ni de dire que la Syrie a les moyens de gagner cette guerre, mais ils autorisent à dire que l’Empire a perdu de sa capacité à anticiper et à innover. Il est face à une résistance intérieure et à une résistance extérieure qui sont, comble du paradoxe, le fruit de sa politique du chaos, chaos qui se retourne contre lui et qu’il ne pouvait ni voir ni prévoir par l’excès de confiance en son invulnérabilité. Il y a d’autres forces en émergences qu’il a méprisées et comme dit le dicton algérien «  la branche que tu ne vois pas risque de te crever les yeux ».

Les mouvements islamiques, focalisés sur la force de l’Empire, ont composé avec lui ou se sont focalisés sur lui en restant autarcique, et ainsi ils ont négligé le reste du monde. Ce reste du monde a faussé tous les calculs de la manière la plus inattendue. La guerre est encore loin, renvoyée à une dizaine de jours ou à un mois : l’Empire est déjà prisonnier de ses choix guerriers qui le mettent dans le meilleur scénario dans une posture infernale : « le gagnant sera le perdant ». La guerre ne s’inscrit pas dans le seul  rapport des forces en présence ni dans la comptabilité des systèmes d’armes embarqués dans les airs et les mers.

Guerre intérieure,  guerre extérieure et leurs dommages collatéraux sur la France et les monarchies arabes ?

En attendant de voir la guerre et ses conséquences, nous pouvons faire des anticipations en faisant des scénarios de la guerre que vont se livrer les sénateurs américains à Washington. Pour comprendre l’importance de ce débat sur la guerre à l’extérieur sur la vie politique intérieure de l’Empire il faut se rappeler trois commandements sur les dix commandements américains :

  • L’empire est le produit de la violence
  • L’empire est le paradoxe de la culture insulaire qui donne préoccupation à sa vie intérieure aux dépens des autres, mais dont la profondeur stratégique est l’intérieur des côtes des autres. La politique intérieure et la politique extérieure sont synonymes. La réussite ou l’échec de l’une aura des répercussions inévitables sur l’autre.
  • Israël : en plus de l’attachement biblique et symbolique, sa sécurité fait partie de la sécurité intérieure des Etats-Unis

Dans l’Etat de confusion de cette fin de règne – avec d’un côté des pertes de repères et dans l’autre des idées de changement ou de résistance –  il faut imaginer le débat sur la guerre en Syrie comme un débat sur le niveau de violence attendu de l’armée impériale, sur la sécurité et le devenir d’Israël, sur les désirs des sionistes et des lobbies juifs, sur la gestion des conséquences politiques et économiques dans le monde arabe et dans l’opinion mondiale.

Le débat sera houleux, idéologique et politique. Il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu qu’il nous faut juste nous focaliser sur les extrêmes inconciliables entre :

  • Refuser la guerre contre le Président
  • Mener la guerre au-delà des objectifs du Président.
  • Redonner la main au Président pour qu’il s’assume…

Derrière chacun des choix il y a des luttes idéologiques, symboliques  et politiques très complexes. Quel que soit le choix, il ne fera  qu’accélérer la  décomposition du système en exposant les symboles du pouvoir à la crise de confiance, à la crise d’autorité, à la crise  de continuité. Les symboles sont l’Administration et l’Armée. Le système ne va pas tomber, mais va aggraver ses crises en y ajoutant la crise de pouvoir, la crise de symbole. Plus que la guerre en Syrie qui semble inéluctable, plus que les conséquences de la guerre qui semblent imprévisibles en termes de gains et de pertes pour chaque partie et pour chaque région, la question majeure est la guerre idéologique et politique aux Etats-Unis. Pierre Grasset – l’expert français sur les questions de  défense et de géostratégie et fin connaisseur du fonctionnement de l’Empire – avait écrit quelque chose qui doit retenir notre attention : lorsque le ministre de la défense ou le chef d’Etat-major des armées démissionne, il faut lire l’évènement comme un coup d’Etat. La crise est telle que les arrangements d’appareils et les modalités de fonctionnement du système ne peuvent plus se faire poussant les éléments du système à entrer en violence contre le système par le refus de le servir.

Les parlementaires anglais se sont défiés de David Cameroun et de Nick Clegg provoquant une crise du système sur des questions de politique internationale. Le fait n’est pas anodin. Il faut faire le rapprochement entre la culture insulaire anglo-saxonne,  la fin de l’Empire et la fin de la colonisation.

La crise protéiforme interne et externe ne va sans doute pas épargner la foi des Américains dans les fondamentaux des Etats-Unis. En plus de ses graves conséquences sur l’armée américaine et sur le pouvoir américain, elle va poser, sans moyens de les éviter, le rapport de l’Amérique à l’entité sioniste, comme elle va poser sans moyens de les éviter les rapports de vassalité à l’Amérique impériale. Ces rapports vont se poser à la conscience des gouvernants et de leur opposition.

Si on fait abstraction des dommages de fond ou des dommages collatéraux que vont provoquer les choix des sénateurs il faut imaginer les conséquences de la guerre en Syrie pour le devenir de l’Empire :

–  Comment  l’Empire et ses alliés vont-ils gérer avec la Russie un processus de paix négociée en Syrie  à la suite d’une éventuelle frappe limitée qui sauve le régime syrien et qui sauve les apparences de l’Empire ? Qui s’en sortira le plus renforcé : les Russes et l’axe Eurasie ou les Américains ? La question lancinante d’aujourd’hui sera relancée : comment arriver à la solution politique en Syrie  alors que l’Empire et ses vassaux arabes et sionistes ont refusé.

–  Comment  l’Empire et ses alliés vont-ils gérer le chaos si la guerre prend d’autres proportions et s’impose plus longue et plus complexe que prévu. Le chaos  remettra Israël non seulement au cœur du problème palestinien et au cœur du drame arabe, mais comme un viol historique dans la conscience humaine, un problème récurrent qui empoisonne la paix et la sécurité mondiale. L’Histoire s’accélère et ressemble davantage à un embourbement dans les sables mouvants que dans un Blitz  médiatique et militaire. Même s’il y a Blitz, la bataille de Stalingrad a montré les retournements historiques et militaires. Même s’il y a Blitz, l’invasion de l’Irak a montré son absurdité : aucun objectif de guerre n’est atteint si on ne fait pas de l’entropie une politique en soi.

–  Que va faire Obama si le Congrès lui renvoie la balle ou s’il lui impose d’autres choix : va-t-il confier à l’armée ses prérogatives ou va-t-il devenir l’exécutant de la politique de ses rivaux politiques ?

–  Que vont  faire Obama  et l’Administration américaine  après le G20 si Poutine, les Pays émergents et l’opinion mondiale leur signifie non seulement leur refus de la guerre mais leur font  endosser de nouveau les responsabilités de l’ensemble des conséquences de la guerre dans le monde ? Le gouvernement français va-t-il démissionner lui qui a engagé sa responsabilité de suivre l’Administration américaine (ou plus exactement les médias français emballés par les sionistes) si jamais il y a de nouveaux changements de cap à l’horizon?

Pour l’instant les médias français continuent leur pressing après s’être remis de leur effondrement que le discours d’Obama a provoqué. Il y a d’autres effondrements en vue qui les attendent et que ni la haine de l’Iran, ni de Bachar Al Assad, ni de Poutine ne pourrait contenir. Les jours sont comptés même si beaucoup ne voient pas que la guerre a déjà commencé et que nous voyons déjà les avancées et les reculades, les percées et les replis sur le champ politique et diplomatique préfigurant le champ de bataille militaire. Dans ce compte à rebours les USA et la France tentent de gagner l’opinion publique et d’aligner les voix officielles sur l’agenda de l’Empire faisant semblant d’ignorer le spectacle désolant de la réalité historique que le romantisme français a sublimé dans «  le radeau de la méduse ». La partie adverse qui ne veut pas connaitre le naufrage est sans doute à pied d’œuvre pour transformer la plaisance guerrière en déluge infernal selon le dicton algérien « si  la porte d’’entrée est facile à trouver, la porte de sortie sera difficile ». Une chose est pourtant acquise et elle défie tout l’imaginaire rationaliste de va-t-en-guerre dans son évolution : l’isolement du régime syrien.

Depuis deux ans le Président syrien et son système étaient isolé sur le plan arabe et international. Les gens les plus honnêtes tentaient de faire des analyses sur l’Empire et ses vassaux du Golfe, alors que certains hommes de religion refusaient la sédition armée et l’effusion de sang, mais personne ne soutenait le gouvernement syrien. La loi du paradoxe ou de l’inversion a voulu que dès que la décision de frappe américaine contre la Syrie s’est affichée comme inéluctable les soutiens de plus en plus massifs au Président Assad et à la Syrie devenaient apparents à Londres, à Washington et dans les capitales arabes. Personne ne sait comment ce sentiment va évoluer ni comment il va s’organiser, mais il existe et il faut faire avec.

L’opposition armée syrienne et ses commanditaires arabes ne voient toujours pas qu’ils seront les grands perdants, et ce quel que soit le scénario qui va s’imposer : une logique  politique, frappe limitée,  ou guerre totale. Dans le champ des plus grands perdants il y a bien entendu les néo ottomans d’Erdogan qui vont payer un prix rédhibitoire pire que celui payé par les Frères musulmans pour leur acharnement contre la Syrie dépassant toute logique et toute morale. Je ne crois pas que la Turquie sera stable après les premières victimes des frappes américaines et après les premiers dégâts, même si ce sont des soldats et des infrastructures militaires.

Dans le premier cas ni le peuple ni la communauté internationale n’en fera des interlocuteurs politiques valides ou représentatifs. Ils seront dans la situation du cocu magnifique.

Dans le second cas, ils sont dans une logique de guerre qui se nourrit de sa propre logique et en leur sein. Ils ne trouveront pas le consensus et le rang unifié pour aller à une table de négociation ou pour gouverner  puisque dans les moments de la guerre ils n’ont pas pu unifier leur rang et avoir un projet de gouvernance. Ils vont se réveiller comme les idiots utiles et les pions que l’Empire a fait avancer dans la conquête de l’échiquier régional sans leur accorder un droit au maigre butin.

Dans le cas de la guerre totale, les équilibres et les curseurs actuels vont totalement changer vers trois configurations qui ne travaillent pas les agendas de l’opposition. Ce sera une  lutte impitoyable que se livreront  de petits seigneurs de guerre sur un territoire ravagé. Sinon ce sera une résistance globale contre l’Empire et ses alliés. Le pire des scénarios sera une guerre arabes contre iraniens ou sunnites contre chiites et là aussi il faut avoir le courage de dire que les arabes et les sunnites sont tellement déchirés et insensés sans projet à long terme qu’ils finiront par s’entretuer dans une guerre de cent ans si ce n‘est pas mille ans.

Dans tous les cas l’Empire saura se replier sur ses bases arrière avant d’achever son cycle historique et disparaitre comme les empires des Pharaons, des Perses et des Romains. La fin de l’Empire est  historiquement inéluctable. Nos intelligences et nos émotions sont sollicitées pour voir les signes précurseurs  de cette fin.

Saint Pétersbourg : plusieurs  rencontres

Dans l’attente de la fin proche, mais lointaine  de l’Empire il y a urgence à voir ce que réserve la rencontre directe ou indirecte entre Obama et Poutine dans le cadre du délai qu’Obama a fixé pour frapper la Syrie : un jour, une semaine ou un mois. Obama peut être considéré comme symboliquement isolé au G20, mais cela ne changera pas sa position sauf s’il se déjuge ou s’il se passe un événement qui force l’histoire à prendre un nouveau chemin. Il est vrai que l’Empire n’a plus toutes les cartes en main et qu’il nage dans la confusion, mais il est vrai aussi qu’Obama va rencontrer Poutine avec deux cartes en main. La première carte est authentique et redoutable : sa déclaration de guerre à la Syrie. Sa seconde carte est la négociation avec le Congrès américain qu’il peut tourner en chantage internationale.

Obama et son équipe vont donc rencontrer les Russes et leurs alliés avec trois éléments : le principe acquis d’une solution politique négociée en Syrie (Genève 1), la déclaration de guerre, l’accord de principe sur Genève 2 pour formuler et conclure les modalités de Genève 1 avec l’Amérique, cette fois-ci  en position de force. La position russe semble fragile.

Si par contre nous envisageons l’hypothèse que les Russes viennent avec une autre carte d’échange : l’engagement des Iraniens à poursuivre un programme nucléaire pacifique qui sera confirmée par la rencontre à l’ONU entre Obama et le président Rohani lors de la prochaine assemblée générale. Obama a déjà un prix Nobel de la paix qui rehausse le prestige d’une Amérique en faillite. Ce serait tentant pour lui d’entrer dans l’Histoire et de donner en même temps du répit à l’Amérique dont tous les horizons semblent bouchés sauf celui de la guerre. C’est une hypothèse plausible pour un homme qui n’a plus d’ambition politique à la Maison blanche et qui veut jouer un rôle messianique comme l’a préparé l’établissement civil et militaire pour faire sortir l’Amérique de ses crises  insurmontables.

Ce dernier scénario peut trouver écho aux Etats-Unis où commence à se former une opinion au sein des politiques et des civils qui ont de plus en plus conscience de la faillite de leur système et du rôle néfaste du sionisme qui les entraine plus vite dans le sens de sa chute. Les choses ne sont pas simples, car elles sont en devenir.

La rencontre est complexe, elle ne sera ni celle de la politique classiciste ni celle de l’économie et du commerce. D’une manière informelle et sans la présence obligatoire des intéressés nous aurons la rencontre au sommet entre le Tsar et  l’Empereur, entre les chefs des Eglises orthodoxes, catholiques et protestantes, entre les Musulmans et les Chrétiens, entre les forces émergentes et les forces en épuisement, entre la volonté de domination unilatérale de domination exclusive du monde et le partage des intérêts. Je suis prêt à parier qu’il y aura aussi la question du terrorisme islamique.

Le devenir fait partie du Ghayb qui échappe à l’entendement humain qui pourtant doit conserver sa lucidité et sa capacité de prospective pour assurer sa cohérence, sa survie et son déploiement dans un monde où rien n’est gagné ou perdu d’avance, mais où tout se construit.

L’Amérique est une hyperpuissance que des naufragés en provenance d’Europe ont construite  en tuant certes d’autres peuples, mais aussi en mobilisant leur intelligence, leur travail, leurs territoires, leur temps et leur argent. La Russie se relève de la même manière. L’Iran aussi. Ils parviennent à assurer leur survie et à imposer relativement leurs conditions. Dans ce processus, l’histoire humaine peut décider de mettre sur le compte du terrorisme islamique ce que la civilisation occidentale et ses vassaux arabes et musulmans ont permis et ont voulu. Les Frères musulmans sont en train d’en payer le prix. Ce sera peut-être le nouveau prix que les Salafistes devront payer. Ce sera une pause le temps que l’Empire se refasse une seconde jeunesse ou qu’il s’effondre. Est-ce que la pause va profiter aux musulmans pour repenser le monde ? Est-ce qu’il y aura réellement une pause. Je ne sais pas !

Réajuster à temps le curseur idéologique et politique ou disparaitre et ne pas voir la fin de l’Empire.

Je ne sais pas ce que serait le devenir du monde après Saint Pétersbourg et  après le vote du Congrès américain, mais je sais que la France a bouffé son dernier capital. Je sais aussi que faute de pensée autonome et d’observatoire outillé nous restons prisonniers de la lecture des autres et de leurs actes.

Je sais d’une manière intuitive, à travers quelques indices, que  la guerre qui semble livrée à l’extérieur n’est en réalité qu’une guerre livrée à l’intérieur du système américain et au sein des appareils de l’Empire, car il s’agit de sauver leur pays du naufrage qui les attend.

La doctrine américaine qui semble prendre le pas est celle de Brezinski, celle du Soft-Powerment qui prévoit de se retirer du Moyen-Orient et de laisser les Arabes, les Perses, les Turcs  et les Musulmans s’entre-déchirer. La même doctrine semble vouloir chercher une émancipation de l’entité sioniste.  Libéré de ses fardeaux au Moyen-Orient, l’Amérique, une certaine Amérique, imagine sans doute retarder l’échéance de son déclin ou reprendre son élan dans un cadre plus restreint et plus « associatif ».  L’école du soft a sans doute formaté Obama et son « softened strike » préfigurant ainsi un système dans le système dominant américain celui du Hard.  Deux doctrines de guerre, deux luttes idéologiques, deux systèmes de gouvernance qui s’affrontent sur deux projets opposés : continuer à dominer le monde ou vivre les changements du monde. Dans les quatre situations nous sommes dans la posture du dicton algérien «  lorsque les aigles se battent dans les air, c’est les épis dans le champs qui reçoivent la raclée »

La doctrine partiellement appliquée a réussi en Libye. Elle a réussi en Egypte. En Syrie, elle semble trouver ses limites. Les Américains vont-ils donc se replier et se mettre à gérer leurs propres limites ou s’engager au-delà de leurs limites et pousser les autres à sortir de leurs limites.  Nous savons d’après la presse spécialisée que l’armée militaire est opposée à toute idée de guerre dans la région. L’épreuve russe, l’épreuve du Congrès et l’épreuve de la guerre en Syrie vont dévoiler les dessous de cartes.

Nous savons aussi, selon la même presse, que les détracteurs de la version officielle du 11 septembre sont de plus en plus écoutés par les officiers américains. Il est vrai que l’armée américaine est une armée impériale, impérialiste, mais il est vrai aussi qu’elle a une éthique et une doctrine de guerre comme toutes les armées du monde. Une armée peut remettre en cause le système qu’elle sert lorsque l’éthique et la doctrine qui lui donnent raison de porter l’uniforme et d’aller sur le champ de bataille sont mises en péril par les civils qui la commandent.  Le général Hannibal ou le  général Marc Antoine peuvent revisiter notre époque sous d’autres formalismes historiques et politiques si nous prenons la peine de les questionner.

En Orient comme en Occident bienheureux ceux qui parviennent à réajuster à temps leur curseur idéologique et politique. Au moment où je termine la rédaction de cette analyse je tombe sur une information qui rend les choses encore plus compliquées pour Abou Amama dans son projet de réformer le système ou de le maintenir avec ou sans la guerre en Syrie.  La chaine TV de Globo, de Rio de Janeiro, vient de réaliser un scoop déstabilisant le Brésil et le système américain à deux jours du G20 en divulguant, dimanche soir, des documents des services secrets américains livrés par Edward Snowden. La présidente du Brésil Dilma Rousseff a fait l’objet d’espionnage de la part de l’Agence nationale de sécurité américaine NSA/USA. Voici ce qu’écrit  le Point et qui annonce un G20 houleux avec Poutine disposant d’autres cartes à jouer rendant les manœuvres américaines difficiles à éviter le naufrage :

Pour la réunion de lundi, la présidente Rousseff a convoqué notamment les ministres de la Défense Celso Amorim, des Affaires étrangères Luiz Alberto Figueiredo, et de la Justice José Eduardo Cardozo. « Si ces faits sont avérés, ce serait une situation inadmissible, inacceptable, qui pourrait être qualifiée comme une claire atteinte à la souveraineté de notre pays », a réagi dimanche soir le ministre de la Justice José Eduardo Cardozo. Si elle est confirmée, l’interception par les Etats-Unis de communications de la présidente Rousseff « représente une violation inadmissible et inacceptable de la souveraineté brésilienne », a déclaré lundi le chef de la diplomatie brésilienne Luiz Alberto Figueiredo lors d’une conférence de presse, réclamant de « rapides explications officielles par écrit ».

D’autres organes ajoutent que « le sénateur Ricardo Ferraco, qui préside la commission des affaires étrangères du Sénat brésilien a créé une commission chargée d’enquêter rapidement sur cette affaire. »

Omar MAZRI