Des présidents d’APC de la circonscription administrative de Chéraga (Alger) ont demandé, mardi, à ce que des mesures soient prises à l’encontre des coopératives immobilières privées, qui livrent de nouvelles cités sans les équipements publics nécessaires, notamment les écoles.

Aux Grands Vents, une coopérative immobilière a réalisé un quartier de 1.600 logements sans aucun équipement public et sans aucun aménagement extérieur, notamment les routes, a déploré le président de l’APC de Chéraga,Mohamed Chermat, lors d’une réunion sanctionnant une visite du wali à cette circonscription administrative.

Les habitants de cette cité ne disposent pas d’école primaire, ni de CEM et il n’existe plus d’assiette pour construire ce genre d’infrastructures sur place, créant ainsi une pression supplémentaire sur les écoles des quartiers environnants et un besoin en nouveaux établissements, a-t-il précisé.

Pour y remédier, M.Charmat a proposé de faire avaliser par les autorités locales les projets des coopératives immobilières avant leur livraison.

Le président de l’APC d’Ouled Fayet, Omar Benyahi, a soulevé le même problème dans le même quartier des Grands Vents, une vaste localité partagée entre trois communes, Chéraga, Ouled Fayet et Dély Ibrahim. Aux Grands Vents d’Ouled Fayet, une coopérative immobilière privée a créé un besoin en établissements scolaires. En tout, M. Benhyahi a deman dé l’inscription de quatre écoles primaires et d’un lycée au profit de sa commune pour soulager les établissements existants de la surcharge des classes.

Le wali d’Alger a exhorté le directeur de l’urbanisme et de la construction (DUC) de la wilaya de «revenir à la norme et à la loi» en soumettant les projets des coopératives immobilières privées à la commission de wilaya d’adoption des plans et des permis de construire, qui vient d’être «réactivée».

Le chef de l’exécutif d’Alger a estimé que «donner des certificats de conformité à des coopératives immobilières qui ne se conforment pas à la loi en matière d’urbanisme, d’aménagement et de construction, c’est se rendre complice de corruption».

Dans le cadre de l’amélioration du service public, le wali d’Alger a visité les services d’état civil des communes de Hammamet, Aïn Benian, Chéraga, Ouled Fayet et Dély Ibrahim.