Dans « Guerre et paix »,  » La guerre et la paix » ou  » De la guerre et de la paix », Tolstoï fait référence à l’histoire de la Russie à l’époque de Napoléon Ier (notamment la campagne de Russie en 1812). Il peint le drame humain qui s’est  joué en amont, pendant et en aval de l’invasion glorieuse de Napoléon qui finit dans l’humiliation (en 1805 Austerlitz, en 1812 la Berezina). Il dépeint les personnages tout en martelant sa vérité sur la mystique de l’histoire. Tolstoï répète dans son roman que l’histoire et les guerres telles que racontées par les historiens sont une narrative mensongère. Les philosophes récentistes contemporains remettent eux aussi les narrations idéologiques et politiciennes des événements assemblées comme étant l’Histoire.

Il faut lire Tolstoï pour comprendre la grandeur et la spiritualité russe face à l’Europe. La Russie ne peut se résumer à Tolstoï, mais elle partage avec lui le mysticisme et l’ascétisme qui la rattachent à l’Orient et non à l’Occident. Il faut lire l’histoire pour se rappeler qu’entre l’Orient et l’Occident les rapports ont toujours été des rapports de guerre puis de paix puis de guerre. L’Europe élargit ses frontières, exporte ses crises et importe ses ressources en faisant la guerre à la Russie. L’Empire américains hérite des traditions européennes il se comporte donc comme les personnages et les fonctions qui ont fait l’Europe et qui sont en train de la défaire.

L’Occident continue sa narrative fabulatrice et fallacieuse. Les vidéos sur les snipers qui ont tiré sur la population et sur les militaires ne sont pas évoquées par les médias systèmes.

http://fr.euronews.com/2014/03/06/ukraine-une-rumeur-accuse-lopposition-detre-les-snipers-de-maidan/

Image de prévisualisation YouTube

Le dialogue entre le MAE estonien et la MAE de l’Europe ne semble pas émouvoir les russophobes qui ne manquent ni de temps, ni d’imagination, ni de culture pour trouver que les médias arabes constatent que Poutine a échoué en Ukraine perdant ses gains en Syrie.

Sa rhétorique illogique et inculte lui fait dire qu’il a promis une aide (via le FMI) de 11 milliards d’Euros mobilisables sur 3 ans alors que l’Ukraine a un besoin de 30 milliards dans l’immédiat.

L’Ukraine est poussée vers le déterminisme cynique qui lui fait perdre le peu de souveraineté qui lui reste pour sauver son peuple de la faillite morale, politique et économique que ses élites vassalisées à l’Occident ont réalisée. Ces élites sont les mêmes qui ont réalisé la « révolution orange » et servi par la suite le système corrompu et incompétent. L’Europe en crise économique et idéologique le conduit vers sa  Bérézina.

Ce schéma mensonger, triomphateur et corrupteur fait dire à  M. Barroso :« Nous sommes prêts à signer l’accord d’association ». Le pacte d’adhésion à l’Europe (contre la Russie), cherché par Bruxelles pour installer l’OTAN, permettrait à l’économie ukrainienne d’économiser 500 millions d’euros en frais de douanes et rapporterait 400 millions aux agriculteurs. Quel effet d’éclat ! La machine à calculer nous dit que 400 millions partagés entre 15 millions de ruraux sur les 45 millions ukrainiens c’est 28 euros per capita. Al mendba kbira wal miyat far. La prospérité est aux portes de Kiev.

Les bureaucrates de l’Europe ne sont pas faits pour gouverner ni pour écrire des Romans. Ils mettent en musique le « soft powerment » de Brezinski  qui fait envoyer le reste du monde contre le reste du monde pour maintenir la suprématie de l’Empire. Non seulement l’Empire ne donnera pas la force et l’intelligence à l’Europe pour ne pas en faire une rivale, mais il les entrainera dans sa chute et ses confusions.

En guise de confusion, il y a une semaine on nous avait dit que les Tatars musulmans de Crimée avaient choisi l’Ukraine contre la Russie pour ne pas perdre leur religion. Aujourd’hui on nous dit qu’ils sont hésitants entre les Russes et les Ukrainiens. À l’ère de l’Internet, une recherche rapide nous donne le poids démographique des Tatars en Ukraine : 0,5 %. Les Russes représentent 17 %.

A moins que la narrative est de mobiliser les Turcs et le sultan ottoman Erdogan et de revenir à l’histoire ancienne où l’Europe modelait ses frontières et où la Porte Sublime d’Istanbul commandait le khanat tatar de Crimée avant sa défaite devant l’Empire russe. À moins qu’il ne s’agisse de faire entrer de nouveau le Turkménistan oriental dans le conflit régional et le Turkestan oriental (les Ouïghours du Xinjiang en Chine).

L’Européen est la mémoire trafiquée du monde moderne, il a été l’auteur de tous les troubles, de toutes les partitions. Les poupées et les poupons médiatiques sont des marionnettes qui lisent les consignes des bureaucrates qui n’ont toujours pas réglé la partition du monde selon les fantasmes de l’histoire ancienne. La mystique de l’Histoire, ses pannes, ses bouleversements et leur impossibilité à l’aboutir sauf par deux guerres mondiales est au-dessus de leur capacité morale et spirituelle.

Les fanatiques musulmans se réclamant de l’orthodoxie sunnite n’ont ni la culture ni la lucidité pour refuser d’être des mercenaires en armes ou des auxiliaires de plumes à la solde de l’Empire. Écouter les préoccupations de nos frères égyptiens avant et après le coup d’État du maréchal Sissi : la destruction du Caire par les Fatimides.

Les stupides arabes ne débattent pas de la campagne d’Égypte de Napoléon.  Leurs homologues français ne débattent pas de la campagne de Russie de Napoléon et de sa doctrine de guerre qui consiste à anéantir l’adversaire croyant dans sa seule force militaire. Napoléon avait engagé 600 000 milles hommes dans la bataille de Moscou en 1812, mais après avoir brulé Moscou il fait l’erreur de s’y attarder et d’y subir son destin : Lorsqu’il engage sa retraite l’hiver est déjà là avec sa rigueur et ses cosaques. La Grande Armée refait le chemin du retour sur les zones qu’elle a auparavant dévastées. Seuls quelques dizaines de milliers de rescapés franchissent la Bérézina. La Grande Armée est définitivement détruite.

Ni Hollande ni Obama n’ont la grandeur de Napoléon, ni son génie, ni sa folie, ni son courage. Ils ne connaitront donc pas sa décadence. Leurs brosseurs n’ont pas la plume trempée comme celle de Tolstoï pour nous livrer un récit humain avec du talent et une vision sur l’Histoire empreinte de spiritualité.

Il ne faut pas croire que le narratif romanesque universel est spécifique aux auteurs de génie comme Tolstoï, Dostoïevski, Gorki, Tchekhov et tant d’autres. La narrative est une spécialité russe et indo-européenne.  Le roman le plus vendu et le plus traduit dans le monde c’est « les mille et une nuits ». L’esprit de Sind Bad le marin et de Shahrazade la conteuse ne semble pas produire une sémiologie du fantastique et du fantasme narratif que la culture musulmane a légué à l’Occident. L’Occident aime fantasmer, mais il n’aime pas qu’on touche au grisbi de la géopolitique du pétrole. Ni lui ni nous n’allons donc utiliser la structure mentale du colonisé pour comprendre les déterminants qui ont fait que les splendeurs de Bassora des Abassides deviennent un cauchemar pour les peuples musulmans.

C’est l’étude du conte russe qui a permis de modéliser la narration, ses personnages, ses fonctions, ses temps de récit, ses intrigues. C’est le linguiste et folkloriste russe Vladimir Iakovlevitch Propp de l’école structuraliste qui analysa méthodiquement la structure des contes merveilleux russes.

Son ouvrage principal est « Morphologie du conte ». Propp distingue dans le conte merveilleux les éléments stables et les éléments variables. Dans la composition, seuls comptent les éléments stables. Ce sont ces éléments stables bâtis sur l’existence des fonctions narratives qui font progresser l’intrigue et mettent en mouvement les personnages dans une intrigue. Après avoir étudié des milliers de contes, Propp est parvenu à formaliser les sept personnages et les trente et une fonctions qu’un romancier ou un metteur en scène construit dans une fiction. Tout le reste n’est que décor et style. Les personnages évoluent et les fonctions se greffent les unes dans les autres par contamination ou par rebondissement.

Les scénaristes d’Hollywood écrivent au moins un scénario par jour. Gabriel Garcia décrivait le travail de fiction comme un travail de menuiserie où il faut débiter et assembler les planches. Le bon auteur sait choisir et agencer ses planches. Le bon lecteur sait agencer à sa manière les planches si l’auteur à l’intelligence et la sensibilité de rendre curieux et intrigant.

Le français Algirdas Julien Greimas (russe d’origine) a synthétisé le modèle de Propp sous le nom de « Schémas actanciels ». Greimas est un linguiste expert en sémiologie (étude du signe et du symbole). Pour lui il y a schéma lorsqu’il y a une unité de deux contradictions. Il y a sens lorsque les concepts se mettent en relation pour signifier. La narrative américaine et européenne consiste, entre autres, à présenter la Russie comme l’Union soviétique (ou l’Allemagne nazie) et   Poutine comme Staline (ou Hitler) dans la souffrance des Ukrainiens. Elle présente l’OTAN et le FMI comme des institutions caritatives.

La narrative scientifique, l’histoire mystique et la quête de sens dans un esprit libre et logique permettent de voir le réel dans le conte et de voir le conte dans le réel tout en distinguant l’un de l’autre. On revient aux fondamentaux d’Aristote : Qui fait quoi et pourquoi. Les technologistes et le rationalisme de l’Occidental nous mettent en scène le comment.

Pour mixer le réel et le romanesque et en même temps provoquer le scandale pour ne pas devenir sa proie (selon l’expression de Marx) il faut oser dire que la première expérience tant littéraire que militaire (historique) de Tolstoï est dans son engagement dans l’armée russe  au Caucase ( Tchétchénie et Daghestan) face aux célèbres Cheikh Chamil  et Mollah Ghazi.  Personne ne sait avec certitude s’ils revendiquaient l’indépendance, l’Islam ou l’allégeance aux Ottomans en guerre avec la Russie. Nous savons cependant avec certitude que la décadence et la chute de l’Empire ottoman ont été une tragédie pour les peuples musulmans qui vivaient sous sa régence ou sous son influence.

Omar MAZRI – www.liberation-opprimes.net