Si ce n’est pas une provocation cela y ressemble beaucoup. Le 20 avril une marche pacifique allait démarrer de l’université Mouloud Mammeri quand des unités anti émeutes se mettent en travers pour bloquer les marcheurs. Des vidéos montrent des policiers en uniforme jetant des pierres sur les manifestants ; ce qui évidemment n’a pas manqué de transformer une manifestation ordinaire en émeute avec des dizaines de blessés dans les rangs des manifestants mais aussi de la police dont la charge avait été d’une violence que rien ne pouvait justifier.

Si la police n’était pas intervenue, la marche se serait déroulée dans le calme comme ce fut le cas à Bouira ou Bejaia avant que dans cette dernière localité quelques casseurs ne commettent quelques incidents vite circonscrits car les manifestants les ont isolés.

Qui a ordonné cette charge à Tizi Ouzou ? Pour quelles fins ? Qui a intérêt à projeter, une fois de plus, la Kabylie dans de la tourmente au moment où le système est engagé dans des luttes internes pour le reclassement de ses clientèles et le contrôle de la rente ?

Le scénario est trop classique pour ne pas susciter questions et supputations.

La DGSN a fait savoir aujourd’hui, par le biais sa cellule de communication, qu’une enquête sur les dépassements des policiers était ouvertes, ajoutant que les policiers jetant des pierres en uniformes ont agi de façon « contraire à l’éthique »

Le groupe des élus RCD/ APW de Tizi Ouzou accuse le laxisme de la wilaya et le silence de la  majorité FFS  exige une réunion extraordinaire de l’APW pour un débat général sur les tenants et les aboutissants de cette répression.

Image de prévisualisation YouTube

Akli Darni – www.algerie-express