Le Président Directeur Général d’Air Algérie, Mohamed Salah Boultif a tenu des propos choquants, outranciers et insultants à l’égard de la communauté algérienne installée à l’étranger et particulièrement celle résidant en France.

Le PDG de la compagnie aérienne a traité les Algériens de l’étranger de « zigotos », leur demandant « d’assumer leur choix de vivre à l’étranger » et que « Air Algérie n’est pas la compagnie des émigrés » selon des sources du ministère des transports indignées à juste titre par ces propos méprisants de ce responsable.

Ces insultes ont été proférées publiquement le 21 juin par Boultif, lors de son discours d’ouverture de la conférence annuelle des représentants d’Air Algérie qui s’est tenue les 21 et 22 juin à l’hôtel militaire de Béni Messous.
A cours d’arguments, sortant de sa besace une accusation éculée datant des années 70, où on voyait la main de l’étranger partout même dans nos assiettes, le PDG a accusé la communauté algérienne d’être à la solde de l’impérialisme, heu ! pardon, « d’être manipulé par la partie française en vue de faire pression sur  l’Algérie afin qu’elle adopte l’Open sky et qu’elle ouvre son ciel sans restrictions ».

OUI et alors ! où est le mal ? pourquoi les autorités n’ouvrent pas ce fameux ciel à la concurrence afin de faire profiter les millions d’algériens résidant en Algérie ou à l’étranger. Où est le problème Monsieur le PDG ?
Les algériens ne veulent plus être des laissés pour compte ou des vaches à traire pour faire vivre une compagnie budgétivore qui emploie presque 15.000 personnes.

Pour rappel, le ministre des transports Amar Ghoul avait annoncé dernièrement des réductions tarifaires sur les lignes France-Algérie, d’Air Algérie et de l’ENMTV, suivant en cela les instructions du Premier ministre et partant du président de la république, cette question étant une promesse de campagne que le gouvernement s’y était engagé à tenir.

« Cette politique consistait aussi à faire des gestes en faveur de l’importante communauté algérienne à l’étranger en vue de renforcer ses liens avec le pays de la même façon que des réductions tarifaires de 50% ont été consenties en faveur des populations du sud du pays » ajoutent nos sources.

Ignorant cela ou étant incapable d’harmoniser la position de l’entreprise publique qu’il dirige par délégation de l’Etat-propriétaire, avec la politique du gouvernement, le PDG de la compagnie aérienne s’est plutôt montré arrogant, insultant, méprisant, injurieux et offensant et peu reconnaissant pour l’argent des « émigrés », des centaines de millions d’euros et de dollars qui rentrent dans les caisses de la compagnie et qui la font vivre à leur grand dam.

Notons enfin, que lorsque le ministre des transports a été averti que le PDG avait tenu des propos insultants à l’égard des algériens habitant à l’étranger, Amar Ghoul s’est déplacé le lendemain, c’est à dire le 22 juin, pour tenir devant le même auditoire un contre discours, vantant et reconnaissant les mérites des membres de de la communauté algérienne établit en dehors du territoire national, une façon pour le ministre de rattraper  le coup et aussi de désapprouver l’insolent PDG.

SOURCE : Algérie1