Contrairement à vous qui êtes née Pucelle, n’avons pas changé. Nous sommes pour une liberté d’expression totale. Une liberté d’expression qui ne soit pas à géométrie variable. Une liberté d’expression qui vous permet aujourd’hui de dire toutes les conneries qui vous font envie et ensuite nier toute forme de responsabilité par rapport aux propos racistes qui sont les vôtres.

Oui nous sommes les sentinelles d’une liberté d’expression pour tous. Une liberté d’expression qui permette, à tous les français, de démasquer les clowns qui confondent l’art noble de la politique avec celui du racolage des poissonniers sur les marchés ou les trottoirs de nos villes ou de nos campagnes. Une liberté qui permette à tous les imbéciles qui déshonorent l’honneur de la profession de journaliste qui, confondant l’information avec le spectacle de la propagande, tendent le micro aux «politicardes» de votre espèce. Néanmoins, ils ont une fonction utile c’est celle «d’idiots utiles», selon l’expression de Lénine, qui nous rafraîchiront la mémoire le moment venu pour nous souvenir, en tant qu’électeurs, de vos frasques et de vos «blagounettes» douteuses.

Nous n’oublierons pas également tous ceux qui vous aident à pourrir la démocratie française par votre arrogance, votre mépris de la culture, de la connaissance et de l’histoire.

Vous faites désormais partie de cette nouvelle génération de nouveaux «apôtres politiques» dont la mission est de faire progresser l’idéologie du racisme et de l’islamophobie en France.

Lors de la dernière émission « On n’est pas couché »,diffusée sur France 2, vous avez déclaré que la France est judéo-chrétienne et de race blanche pour crédibiliser le glissement verbal, convenu et à la mode, qui affirme l’opposition entre un Occident judéo-chrétien civilisé et un Orient barbare.

Alors, puisque vous ne l’avez toujours pas fait et que vous préférez cacher que vous n’êtes plus née Pucelle, prenez le temps de consulter quelques livres d’Histoire pour vous éviter d’être toujours aussi ridicule et dans le déni névrosé de vos origines sociales.

Il nous semble Nadine que vous êtes toujours bercée par cette phrase sibylline qui, comme toujours lorsqu’ils s’agit de musulmans, d’arabes ou d’algériens, procède de raccourcis de l’histoire : «Charles Martel battit les arabes à Poitiers en 732».

Dans l’esprit de votre génération politique «préfabriquée et incultes», aucun doute, depuis treize siècle rien n’est venu altérer cette plantureuse certitude. Elle relève à vos yeux d’une évidence parce qu’inculte, vous ignorez les connotations qu’elle charrie, tant péjoratives que discriminantes, pour nourrir la méfiance et la haine vis à vis de l’Islam en déclarant que vous ne voulez pas que la France devienne musulmane.

En cela, vous vous reconnaissez dans le référant invariable du bréviaire des extrémistes qui entretiennent une discorde entre chrétiens et musulmans.

A la recherche de prébendes et d’une vie confortable, vous voulez être réélue de la République aux prochaines élections régionales. Pour cela, vous n’hésitez pas à faire vôtre l’axiome qui tient lieu de béquille à l’extrême droite pour empêcher tout dialogue islamo-chrétien : « Si Charles Martel battit les arabes en 732, pourquoi diantre, les accepter aujourd’hui?»

Vous êtes chargée, comme d’autres en France, pour servir «d’idiote utile» aux thèses des terroristes barbares et sanguinaires, de réactualiser cet événement pour maintenir des barrières infranchissables entre frères en humanité.

Pour vous, ni les croisades ni les conquêtes coloniales ne peuvent faire oublier le caractère singulier, voire subliminal de cette «Bataille de Poitiers».

Mais apprenez, élève Nadine, que dans leur livre qui fait autorité en la matière, Jean Henry Roy et Jean Deviosse, avouent sans quelque amertume, qu’ils ne trouvent aucun texte :

«les détails nécessaires à une narration moderne qui désire expliquer et faire revivre dans son intégrité le passé de l’Histoire… C’est l’indispensable même qui nous manque. A tel point qu’on discute encore de l’existence de la Bataille contre les arabes. Notre ignorance est grande. Quel endroit doit-on lui assigner et à quelle date? Nous sommes réduits aux conjectures, aux hypothèses souvent décevantes».

Oui, Nadine, sachez que tous les énoncés de tous ces essayistes, tous d’un grand talent, ne sont en vérité que des supputations historiques et des approximations. Jusqu’au nombre de morts allant de mille cinq cent à quatre cent mille. Un spectre si vertigineux qu’il confine au calembour.

En effet, toutes les recherches archéologiques entreprises au Poitou n’ont révélé aucun charnier.

Quand on sait que les techniques modernes d’investigations ont réalisé la prouesse de découvrir le squelette du premier homme et qu’au cœur de la France, dans une proportion congrue du territoire, il n’a pas été mis au jour un seul ossement mortuaire, cela laisse perplexe tous les esprits sains et éclairés qui ne sont pas victimes de névroses.

Alors, Nadine, libre à vous de rester inculte et de continuer à considérer l’islam comme une révolution barbare plutôt qu’une civilisation émancipatrice ; nonobstant tous ses apports scientifiques, architecturaux agraires et autres…

Libre à vous de continuer à mentir politiquement à vous même et aux français pour renier toute une culture et un immense savoir sans lesquels la modernité occidentale, et donc française, n’aurait point vu le jour.

Dans le Coran, pourtant traduit et commenté en français depuis fort longtemps, que vous n’avez certainement jamais lu, il est pourtant beaucoup plus question de l’effort à faire sur soi pour apprendre que de quelque réaction vengeresse envers l’espèce humaine ou la Nature.

C’est sur la base de cette quête de la connaissance, qu’il a été recommandé aux musulmans des premiers jours de l’Islam d’aller chercher le savoir «même sil se trouve en Chine».

C’est sur ce socle que l’expansion musulmane s’est faite en partant de la péninsule arabique vers le Maghreb, que des tribus et des peuples animistes ou païens ont adopté l’Islam.

C’est sur ce socle également que l’Islam a inspiré plusieurs peuples de cultures et de civilisations, aussi nombreuses que variées, en les aidant à introduire des notions modernes de gestion d’un pays pour mieux être organisés et obtenir les ressources nécessaires à leur développement.

Dans la «Bataille de Poitiers» que nous avions déjà citée, apprenez encore Nadine que des historiens de renom n’ont pas manqué de relever que «si ce système bien conçu et efficace n’avait pas été mis en place, la ruée de l’Islam n’aurait été qu’un feu de paille et n’aurait pas réussi à constituer cet empire dont la solidité nous surprend encore aujourd’hui».

Par ailleurs Nadine, et pour que vous ne mourriez pas ignorante et inculte, est-il utile de vous souligner que contrairement à l’énoncé de la tradition chrétienne, l’Islam a gagné les cœurs de plusieurs populations qui l’ont adopté dans le respect intégral de leurs us et coutumes, laissant même aux cadres autochtones la gestion des affaires et des administrations dans leur propre langue, mais aussi des minorités qui ont voulu garder leurs religions.

Ce n’est pas peu dire que l’étudiant juif El Maïmonide avait pour maître le Musulman Ibn Sina (Avicenne).

Apprenez enfin Nadine, au risque de vous imposer une overdose de culture, loin de toute odeur poissonnière infecte, que même l’Espagne, qui s’est mise durant les siècles obscurs à chasser le musulman, tire maintenant une légitime fierté de cette «Espagne laïque» qui a vu naître, avant et après l’Islam, un Sénèque et un Ducain, Cervantès et un Gongora, mais aussi au XIIIème siècle, un Averrohès et un Maïmonide

«Fiers de leurs maisons à la mauresque, de leurs patios aux mosaïques célèbres, précieux héritage de la civilisation arabe, les Espagnols s’emploient malheureusement trop tard à en protéger les vestiges…»

Trop tard! Parce que des incultes espagnols comme vous Nadine en France, apôtres et bigots infatués du racisme, ont voulu et veulent encore cacher aux Français, aux espagnols, et aux européens d’une manière plus globale, le rôle et la découverte des savants musulmans.

Renan que vous ne reniez pas, sans gaieté de cœur, a reconnu dans une conférence mémorable à la Sorbonne le 29 mai 1883 que :

«Oui, dans l’an 775 à peu près, jusque vers le milieu du treizième siècle, c’est à dire pendant 500 ans, il y eu dans les pays musulmans des savants, des penseurs très distingués. Dès le onzième siècle, Constantin l’africain est supérieur en connaissance à son temps et à son pays, parce qu’il a reçu une éducation musulmane. De 1130 à 1150, un collège actif de traducteurs, établi à Tolède sous le patronage de l’Archevêque Raymond, fait traduire en latin les ouvrages les plus importants de la science arabe. Dès les premières années du treizième siècle, l’Aristote arabe fait dans l’Université de Paris son entrée triomphante.»

Pour vous «achever» intellectuellement Nadine, nous vous recommandons de lire Anatole France qui, parlant du désintéressement et de la grandeur d’âme des arabes et des musulmans dans «La vie en Fleur» affirma que « le jour le plus funeste de l’histoire, c’est le jour de la bataille de Poitiers, quand en 732 la science, l’art et la civilisation arabes reculèrent devant la barbarie franque».

Alors Nadine, cessez d’être poissonnière en politique. Les Français, attachés aux valeurs démocratiques et républicaines, vous connaissent.

Ils savent que vous êtes née Pucelle, que pendant plus de 9 ans vous avez été poissonnière et que vous avez toujours soutenu les missions «civilisatrices» ou «humanitaires» qu’on a connu et qu’on connaît encore.

Vos sermons frelatés sur la race blanche et la civilisation judéo-chrétienne ne peuvent pas leur faire oublier les centaines de milliers d’Irakiens tués, parce qu’un dictateur menaçait le monde avec des armes de destruction massive qui n’ont jamais existé. Que la Libye a été débarrassée, grâce à votre mentor politique, de ses civils sous prétexte de les protéger d’un dictateur. Qu’enfin vous évitez soigneusement de leur dire qui a crée les monstres de DAESCH, qu’ils sont sensé aujourd’hui combattre et anéantir, et quels sont les pays qui financent le terrorisme dont les dirigeants se pavanent encore sur les tapis rouges de la République, habillés, chaussés et protégés grâce aux pétrodollars.

Le Secrétariat Général de l’A.N.A.A.F