17 octobre 1961 – 17 octobre 2011

Commémoration du 50ème anniversaire
des massacres du 17 octobre 1961

APPEL

pour exiger de l’État français de reconnaître le crime d’État commis par les forces de police le 17 octobre 1961

Il y a 50 ans, une manifestation pacifique a été organisée par les Algériens de la région parisienne pour dénoncer le couvre-feu raciste de 20h30 à 05h30 du matin instauré par le préfet de police Maurice Papon le 05 octobre 1961. Face à cette manifestation, les forces de police dirigées par le préfet Papon, de sinistre mémoire, ont ouvert le feu sur les manifestants et massacré plusieurs centaines d’Algériens qui ont été jetés dans les eaux de la Seine.

Un demi siècle après ces massacres et pour commémorer ce tragique anniversaire, plusieurs dizaines d’associations, dont l’Union des Algériens en France et en Europe (UAFE), de syndicats et d’organisations politiques appellent à une marche qui suivra le même itinéraire que celui emprunté le 17 octobre 1961 par les milliers d’Algériens qui manifestaient pacifiquement contre le couvre-feu discriminatoire imposé par le Préfet Papon.

La marche du 17 octobre 2011 est initiée au nom « de la mémoire, de la vérité et de la justice » pour exiger la reconnaissance de ce crime par les plus hautes autorités de la république française comme elle s’adresse aux candidats à la présidentielle de 2012 pour leur demander de prendre position sur les massacres du 17 octobre 1961 comme crime d’État commis par la police parisienne.

Il y a lieu de rappeler que les tenants actuels du pouvoir politique français sont ceux-là même qui étaient à l’origine de la loi du 23 février 2005 sur le « caractère positif » de la colonisation en Afrique du nord et notamment en Algérie. Ils continuent à vouloir justifier la guerre menée par l’État colonial français de 1954 à 1962 et à nier les innombrables crimes commis alors par l’armée et la police française.

L’UAFE appelle la communauté algérienne de France à participer à toutes les manifestations organisées partout en France

  • pour rendre hommage aux victimes des massacres du 17 octobre 1961,
  • pour exiger des autorités françaises la reconnaissance de ce crime d’État commis le 17 octobre 1961 à Paris,
  • pour exiger l’ouverture et le libre accès aux archives sur la guerre d’Algérie.

Union des Algériens en France et en Europe