Les deux ministres les plus controversés du gouvernement ont été mis en binôme pour inaugurer la campagne électorale du chef de l’Etat. Ils étaient ce matin à Bouira pour animer un meeting dans une modeste salle où avaient été rassemblés environ 250 personnes dont un groupe de contestataires qui ont commencé à chahuter Benyounes, premier intervenant.

Aux sifflets des boycotteurs ont répondu les cris de vive Bouteflika des partisans du chef de l’Etat. Très tendu,  Benyounes vitupère contre les boycotteurs. Il s’en prend aux participants du meeting de la salle Harcha animé par « une minorité qui s’est rassemblée avec des islamises qui veulent nous ramener les années 90 ». Du fond de la salle, une voix crie «  au moins ceux de Harcha ne sont pas corrompus comme toi et l’islamiste qui t ‘accompagne ». Il est discrètement évacué par trois policiers.

Ghoul invite à être éternellement reconnaissant à celui qui a ramené la stabilité.

La rencontre se termine en queue de poisson. Une dizaine de jeunes auxquels on a refusé l’accès attendent dehors. Ils crient vive Benflis. Plus loin, un groupe d’une vingtaine de personnes agitent des billets de banque devant le convoi qui quittait précipitamment les lieux, d’autres ont lancé des pièces de monnaie.

La rencontre a duré moins d’une demi-heure.

On apprend de source proche de la wilaya  que Benyounes a vivement protesté contre les organisateurs qui ont été incapables de filtrer les entrées les accusant de vouloir « saboter la campagne du président ».

Malek Yacini – www.algerie-express.com