Abderrahmane Dahmane, ex-conseiller à l’Élysée de Nicolas Sarkozy, n’aurait pas été missionné par le général-major à la retraite Ali Ghediri pour le représenter à l’étranger pour la campagne présidentielle d’avril 2019 en Algérie. Selon un membre de la campagne du candidat Ghediri, cette information est une «pure invention».

La déclaration d’Abderrahmane Dahmane, ex-conseiller à l’Élysée de Nicolas Sarkozy, le 22 janvier, à un site d’information français, faisant état de sa nomination par le général-major à la retraite Ali Ghediri, comme son directeur de campagne à l’étranger, serait fausse. Selon Me Mokrane Aït Larbi, membre de la campagne du général, candidat à l’élection présidentielle du 18 avril 2019 en Algérie, cette affirmation est une «pure invention».

«Personne n’a été chargé de représenter le candidat Ali Ghediri à l’étranger», a affirmé l’avocat, cité par le journal El Watan. «Tout ce qu’on peut lire, par ci et par là à ce propos, n’est que pure invention», a-t-il encore précisé.

Le 22 janvier, M. Dahmane aurait affirmé dans une déclaration que le candidat Ali Ghediri l’avait chargé de mettre en place les comités de soutien à l’étranger.

Au début de sa carrière politique en France, Abderrahmane Dahmane s’est présenté comme candidat aux élections municipales de 2001, sur la liste de Philippe Séguin à Paris. De 2005 à 2007, il est nommé secrétaire national à l’UMP, chargé des relations avec les associations de Français issus de l’immigration.

SOURCE : Spoutnik France

  • 22
    Partages