Il était fort probable que le général à la retraite Khaled Nezzar soit rattrapé par son passé d’assassin de l’Algérie. On peut jouer à l’arrogant, à l’insouciant, mais le sang, les larmes et le désordre semé en Algérie depuis 1990 ne pouvaient s’effacer de la mémoire des gens ni ne pas trouver écho dans les cieux et la terre. C’est chose faite :

كَمْ تَرَكُوا مِن جَنَّاتٍ وَعُيُونٍ   وَزُرُوعٍ وَمَقَامٍ كَرِيمٍ   وَنَعْمَةٍ كَانُوا فِيهَا فَاكِهِينَ   كَذَٰلِكَ ۖ وَأَوْرَثْنَاهَا قَوْمًا آخَرِينَ   فَمَا بَكَتْ عَلَيْهِمُ السَّمَاءُ وَالْأَرْضُ وَمَا كَانُوا مُنظَرِينَ

Combien ont-ils abandonné de jardins, de sources, de champs cultivés, de somptueuses demeures, de délices dans lesquels ils se complaisaient. Il en fut ainsi, et Nous en avons fait hériter un autre peuple. Ni le ciel ni la terre n’ont pleuré sur eux, et il ne leur a pas été accordé de délai. Coran 44 :25-28

Rien ne dure et en particulier ce qui est construit sur du faux et de l’injustice. Les Éradicateurs civils et militaires sont rattrapés par leurs méfaits et leur forfait. Je les interroge depuis longtemps : Pourquoi prétendre la démocratie et la République alors que vous êtes leurs fossoyeurs ? Pourquoi revendiquer le patriotisme alors que vous êtres les assassins de la Patrie ? Nous avons – à cause de votre incompétence, de vos clivages idéologiques, de votre alignement sur l’étranger, de votre mépris pour le peuple – gaspillé 20 ans : l’islamisme est toujours là, l’Algérie est toujours en panne de développement, la démocratie est toujours en retard d’une génération.

Vous avez été aux commandes de l’armée que vous méprisez aujourd’hui car elle ne veut plus être l’instrument de votre folie meurtrière, aux commandes de l’économie que vous avez sabotée, de la culture que vous avez naufragée, de l’Administration que vous avez sabordée, de l’information et de la communication que vous avez monopolisée. Vous n’êtes plus rien et vous risquez de disparaitre de la scène politique et médiatique si les élections venaient à se dérouler et le peuple élisant son Président est ses assemblées.

Vous n’êtes pas un néant quelconque, vous êtes la quintessence de la malfaisance qui anéantit et pourrit tout ce qu’elle touche.

Gaïd Salah, comme Hercule nettoyant les Écuries d’Augias, a nettoyé l’Algérie de votre puanteur. Bravo ! Nous l’encourageons à achever la purification de la terre des martyrs de la souillure et du Zbel. Ceux qui ont armé les milices (islamistes et laïcistes) et poussé l’Algérie à la guerre civile doivent rendre les comptes et témoigner sur l’identité des véritables commanditaires. Lorsque l’ANP a mis un des siens au commandement des forces de sécurité, cela signifiait la fin de partie du système corrupteur. Nous devons aller plus loin et plus haut en édifiant des institutions qui résistent aux hommes et au temps. Cela ne relève pas des seuls militaires ni des seuls juges, mais de l’ensemble du peuple algérien dans un cadre d’un véritable processus démocratique et populaire.

C’est maintenant plus que jamais que les Algériens doivent prendre garde : les démons sont frappés au cœur de leur système, ils n’auront de répit que la mise à feu et à sang de l’Algérie. Contre la guerre idéologique, mobilisons-nous pour la paix de la Patrie.

Que les islamistes se hissent au niveau requis par la situation historique et qu’ils aillent dans le sens de la volonté populaire sans surenchère religieuse, linguistique, victimaire ou autre. Nous avons un grand pays à construire, il n’y a pas de temps à perdre ni de fausse route à prendre.

Omar Mazri

  • 69
    Partages