Pourquoi ne pas blacklister les passeports français ?

Au lieu de chercher à verser son fiel malfaisant sur les enfants de Novembre qui ont arraché avec bravoure l’indépendance de l’Algérie, et tenter – mine de rien – de salir la mémoire de nos valeureux chouhada, le «french doctor» Kouchner aurait été mieux inspiré de prendre exemple sur Hercule et… nettoyer chez lui les écuries d’Augias.


Le récent assassinat à Dubai du chahid Mahmoud El Mabhouh, un haut responsable du Hamas, par des agents du Mossad qui ont lâchement eut recours à de vrais faux passeports, une technique souvent utilisée par ces services de renseignements, aurait dû interpeller le transfuge du PS français.

Il n’en fut rien, et les chancelleries européennes attendent encore – en vain ? – que le chantre du droit de poursuite, «poursuive» enfin cette scabreuse affaire qui met dans de beaux draps la douce France. Des draps salis par le sang, non seulement d’El Mabhouh, mais surtout de milliers d’innocents enfants palestiniens que Ghaza pleure encore.

Connivences franco-israéliennes ?
En tant que chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner dont on ne compte plus les frasques, inepties et incongruités politiques, fait honte à son pays au point que de nombreuses voix autorisées s’élèvent à travers l’Hexagone pour condamner ses attitudes pro-sionistes. L’homme n’est plus à présenter, l’histoire honteuse de son passage du PS ou le rejet systématique de ses anciennes «idées révolutionnaires», lorsqu’il croyait encore au serment d’Hippocrate et qu’il «volait» au secours des damnés de la terre, ne surprend personne.

Concernant la scabreuse affaire de Dubai, à part Londres qui a rué dans les brancards du carrosse de sa gracieuse majesté et demandé des comptes quant à l’utilisation de passeports britanniques pour un tel délit de lèse-majesté, Paris n’a pas encore réagi.
On aurait aimé voir le quai d’Orsay occupé par le french doctor, convoquer manu militari

l’ambassadeur de l’entité sioniste à Paris. On est alors en droit de se poser des questions légitimes, comme par exemple s’il n’y a pas une connivence entre Paris et Tel-Aviv dans cet assassinat, sachant parfaitement qu’un tel scénario est plus que fiable. Et ce d’autant plus qu’«en 1995 déjà, l’agent du Mossad qui liquida, à Malte, Fathi Shkaqi, le chef du Djihad islamique palestinien, était détenteur d’un passeport… français».

De vrais faux passeports utilisés
Le commando était constitué de onze membres dont quatre membres sont arrivés d’Allemagne, deux de Suisse, trois d’Italie et deux de France. Et tous les membres du commando ont utilisé de «vrais faux» passeports notamment français. Cette utilisation à des fins criminelles de pièces d’identité officielles appartenant à des «civils» porte atteinte d’abord à ces personnes mais surtout au pays «émetteur».

C’est d’ailleurs la raison qui fait que l’Union européenne proteste officiellement contre cette utilisation et condamne communautairement Israël qui se complaît dans un mutisme qui en dit long sur les méthodes utilisées dans cette opération macabre de l’ombre.
Les services français, pour ne pas les citer, n’ont-ils pas été mis au parfum ?

Ce serait bien la première fois, car au contraire des Britanniques, des Irlandais et des Allemands, qui n’auraient jamais accepté que l’on utilise des documents qui affecteraient leur souveraineté, en la matière les Français en tireraient de la fierté.

A moins que pour une fois, le Quai d’Orsay ne se soit laissé piéger, les traces laissées par le commando laissant paraître de façon ostentatoire la manière et les méthodes utilisées, ce qui n’est pas très orthodoxe ni top secret, et les auteurs semblent donc avoir voulu signer ce forfait…

Blacklister les passeports français, anglais, irlandais et allemands !
Pourquoi ? C’est au french doctor de s’inquiéter et de demander des comptes à son homologue Advigor Lieberman, qui se réjouit de cet épisode, même si c’est Netanyahu qui reste seul commanditaire supposé officiellement pour de tels actes extraterritoriaux.
N’empêche, Bernard Kouchner a du pain sur la planche, et s’il s’en prend aux novembristes algériens de façon si détestable, c’est sans doute parce qu’il cherche à noyer le poisson israélien, qui devient de plus en plus gênant à écailler face ses pairs européens qui ne comprennent pas son attitude.

Quant à nous, tout ceci nous amène à méditer sur cette autre ineptie occidentale, et plus particulièrement franco-américaine, qui a consisté à blacklister non pas seulement les «novembristes» mais tout le peuple algérien, pour de prétendues mesures de sécurité, l’Algérie étant considérée comme un pays risques, alors que c’est le premier pays au monde à lutter depuis des décennies contre le terrorisme. Il faudra bien qu’un jour les enfants d’Algérie prennent conscience qu’il existe aussi des terrorismes d’Etat néocoloniaux et qu’ils s’en méfient.

Et comme les passeports français, irlandais, britanniques et allemands ont été «utilisés sans problème» pour accomplir un assassinat à Dubai en passant allègrement toutes les mesures de sécurité, il faudrait se rendre à l’évidence et «blacklister» tous les ressortissants de ces pays… Qui empêchera en effet un terroriste, quel qu’il soit, d’utiliser désormais un de ces passeports passe-partout pour s’attaquer à des cibles de plus en plus potentielles au regard de cette haine qui transpire de personnalités douteuses ?

Arezki Mizrana