Devant l’horreur du drame libanais, la pudeur exige le silence et le recueillement, l’intelligence demande de méditer le sort de l’humanité devant la concentration et la puissance des moyens de destruction entre les mains des lobbies technologiques, financiers et idéologiques.

Le devoir de lucidité nous demande de lever certaines équivoques en s’interrogeant, sachant à l’avance que sans la conjugaison des facteurs de malheurs qui sévissent dans l’ensemble des pays arabes, jamais l’horreur n’aurait atteint ce niveau apocalyptique et jamais la lutte idéologique n’aurait parvenu à ce niveau diabolique. Partout on assiste à la consécration de la trahison, de la corruption, de l’incompétence, de la négligence et de la nuisance de la main étrangère.

Toutes les forces maléfiques et tous les sectarismes idéologiques ont mené de concert et dès le début de l’explosion une accusation médiatique contre l’axe de la résistance et tout particulièrement contre le Hezbollah. Et pourtant aucun homme sensé et aucun professionnel respectueux des règles de l’art n’auraient versé dans la diversion et la subversion médiatique alors que le peuple libanais est atteint dans sa chair, sa psychologie, sa sécurité, ses biens et son argent. Le cynisme exprimé reflète la rage de ceux qui veulent faire perdre au Liban sa souveraineté, son indépendance et sa vitrine arabo musulmane pour le transformer en marionnette géopolitique aux mains de ce qui est le plus abject dans le monde en l’occurrence le colonialisme et le sionisme et le ravaler au rang de bordel pour les sinistres bédouins arabes.

Le destin culturel, historique et géographique a placé le Liban dans la position de rencontre entre l’Occident et l’Orient arabe, mais les Arabes et ceux qui se revendiquent du sunnisme ont peu d’intelligence spirituelle, de probité intellectuelle et de force politique pour porter le Liban et lui faire jouer sa vocation de pôle de rayonnement civilisateur, de rencontre inter religions et d’échange culturel, de façade arabo musulmane témoin de la vitalité et de la générosité de l’Islam.

L’Empire ottoman en décadence avait séparé le Liban géographiquement, administrativement et politiquement de l’entité mère la Syrie avec laquelle le Liban formait le Cham. Le colonisateur français a réalisé la séparation du Liban de la Syrie dans le cadre du découpage de l’Empire ottoman et du morcellement du monde musulman. Il se croit toujours la tutelle politique, idéologique, et culturelle du Liban. Les élites arabes entretiennent l’illusion de cette tutelle française tout en facilitant d’autres tutelles comme Israël, Arabie saoudite et USA pour des raisons de pouvoir féodal et de partage des rentes et des profits de la corruption. Les Libanais sont encore sous le choc alors que leurs élites agissent déjà à découvert pour réclamer la mise sous tutelle française ou américaine ou saoudienne de leur pays. La France sans honte ni vergogne exige des réformes selon sa feuille de route.

Ils ont mis le Liban au bord de la banqueroute et ils viennent réclamer le partage des royalties politiques, économiques et idéologiques. A la fin de la guerre civile qui a ravagé le pays de 1975 à 1990, dans le but d’inféoder le Liban à l’entité sioniste et de liquider la résistance palestinienne, les féodalités arabes et occidentales ont mis en place un financement de mille milliards de dollars pour reconstruire Beyrouth pour faire des affaires et surtout pour occidentaliser la ville et lui faire perdre son cachet arabo musulman. Le Liban, petit pays avec un grand peuple, une grande histoire et de grands hommes a su ne pas disparaitre et devenir l’emblème de la résistance arabe et le soutien le plus conséquent à la Palestine et à la Syrie.

Ces généralités nous permettent d’avoir une idée sur le contexte de l’explosion qui a sinistré Beyrouth puis se poser quelques questions, guidés par la seule intuition, en attendant les éclaircissements juridiques et sécuritaires en provenance du Liban :

Que font 2500 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port civil ? Aucune armée ou organisation militaire ne serait stupide pour concentrer une telle quantité en un seul lieu et à proximité des civils sachant que le port est le lieu le plus ouvert pour des actes de vol ou de sabotage. On parle de provenance de Géorgie ou de Moldavie, mais on se tait sur la destination en 2014-2015 : les groupes armés en Syrie soutenus par les Occidentaux, les Turcs et les Arabes. C’est un dossier explosif qui va faire des dégâts s’il n’est pas désamorcé par une commission internationale, des troubles sociopolitiques ou une corruption à grand échelle.

Les caméras montrent une explosion du type nucléaire le lendemain de la commémoration de la bombe largué sur le Japon, drôle de coïncidence ?

Peut-on imaginer une explosion de telle ampleur sans détonateur ou  agent  de sollicitation mécanique ou thermique menant à l’explosion. Les experts en explosifs vont examiner toutes les théories, tous les effets et tous les indices.

Trump ne veut plus aller aux élections et Netanyahou ne peut plus instaurer la confiance :  la confrontation avec le Hezbollah ne pouvait plus être reportée surtout dans l’état de panique actuelle dans les rangs des militaires et des civils. Une guerre préventive ou une frappe dissuasive n’est pas à exclure lorsqu’on connait la nature belliqueuse et impitoyable de l’impérialisme et du sionisme en particulier dans cette conjoncture mondiale où la folie et la fuite en avant semblent être la seule logique de leurs élites.

Le Liban semble subir le même processus mené en Iran depuis plus d’un mois : sabotage, guerre électronique, incendies, explosions…

Le Président libanais et son Premier ministre ont résisté à la tempête financière et économique sans céder au chantage, l’association des malfaiteurs et la conjugaison des facteurs vont-ils provoquer des ruptures et pousser la population à céder à la panique et la gouvernance à se plier aux injonctions internationales et livrer le Liban aux prédateurs et aux traitres ou au contraire va-t-on assister à un sursaut de conscience et à l’entreprise titanesque de réformes sociales, politiques, économiques et militaires permettant au Liban de résister et de conduire la résistance des pays arabes. Par sympathie et par intuition nous devons rester optimiste, par la raison nous devons rester lucide et ouverts à toutes les possibilités.

Enfin qu’il y ait malversation intérieure, incompétence nationale, subversion ennemie, accident ou manœuvre planifiée et exécutée, la lecture correcte sera faite par Nasrallah. Tout le monde doit savoir que l’évènement, fortuit ou prémédité, annonce deux futurs : le premier concerne la confrontation entre l’axe de la résistance et l’axe de l’asservissement : elle sera globale au-delà des limites tacites morales, militaire, psychologique, médiatiques et économiques : la lutte pour la survie de l’un et  la disparition de l’autre.  Le second futur est celui de l’être humain confronté aux forces diaboliques. La civilisation occidentale dominante est à sa fin : ou bien nous disparaitrons avec elle ou bien nous inventons un nouvel avenir à visage plus humain, plus naturel, plus spirituel, plus solidaire.

Les deux futurs sont inséparables : il nous faut un projet de résistance globale. C’est une notion que j’avais développé autour de la libération de la Palestine au moment où les pseudos révolutions arabes faisaient diversion

Résistance globale partie 1/2

https://liberation-opprimes.net/resistance-globale-partie-12/

Résister contre les syllogismes fallacieux hérités de la décadence du monde musulman ou importés du colonialisme occidental est un acte héroïque en ces temps où penser librement et imaginer toutes les possibilités comme un acte de liberté sont devenus difficiles.

Nous exprimons notre fraternité aux Libanais, nous partageons leur douleur et nous implorons le Tout Puissant de nous faire montrer la vérité comme vérité puis de la suivre, et le mensonge comme mensonge puis de s’en détourner et ne pas devenir sa proie, enfin de ne pas être injuste par lâcheté, incompétence, corruption ou haine.

Omar MAZRI

  • 13
    Partages